Abbé Benoît de Jorna

Abbé Benoît de Jorna

FSSPX Supérieur du District de France

L'abbé Benoît de Jorna est l'actuel supérieur du District de France de la Fraternité Saint Pie X. Il a été auparavant le directeur du Séminaire Saint Pie X d'Écône.

Articles publiés

Éditorial de M. l’abbé de Jorna pour Fideliter n°264. « Revêtons-nous du Christ » pour développer la vertu qui correspond à nos fragilités passionnelles.
Si le monde plonge dans le marasme, c’est parce qu’il est à la hauteur des héros qu’il s’est choisi : des hommes de pacotille dont la célébrité repose uniquement sur la diffusion médiatique et non plus sur la vertu réelle.
Tout le monde en parle. Le Wokisme lentement s’impose. Il est urgent de comprendre les racines de notre civilisation chrétienne.
La République veut tout savoir de nous. La République, au fond, envie l’Eglise.
Les apparences d’une accalmie de la crise dans l’Église viennent de se voir balayées avec Traditionis custodes. Pour les décennies à venir, « les prieurés seront vos paroisses ».
Le motu proprio Traditionis custodes relance la guerre liturgique contre la messe traditionnelle, mais elle est perdue d’avance.
L’inégalité est inhérente à notre nature.
A l’heure où la France, fille aînée de l’Église, se prostitue à ces idoles de l’argent et de la santé, il est temps d’intensifier nos prières pour en demander le salut.
Quiconque entend rai­sonnablement se soustraire aux injonctions étatiques et sani­taires sans cesse variantes et contradictoires se trouve lui aussi mis à l’écart comme un paria.
La modernité résout tout de façon binaire, à coup d’algorithme, on bascule alors d’un excès de pouvoir à son absence.
M. Macron appelle à la guerre contre la Covid. Le pape François, lui, appelle à faire la guerre à la guerre.
A l’occasion des 150 ans de l’apparition de Notre-Dame.
Désormais la seule religion qui ne supporte pas le blasphème, c’est la laïcité.
Une épidémie a frappé le monde. Parallèlement, des crimes sont commis dans notre pays par des assassins se revendiquant de l’islam. Il est fascinant de constater les étranges réactions de la puissance publique devant ces deux faits.
Editorial de l’abbé de Jorna sur l’Année Saint Joseph
L’État s’arroge aujourd’hui un pouvoir qu’il n’a pas. L’éducation est la prolonga­tion de la génération : parce que les époux engendrent, ils éduquent et l’Église éduque aussi parce qu’elle engendre à la vie surnaturelle.