Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   LAB 2007 de l'école Saint-Bernard de Courbevoie

Retour aux pages consacrées aux activités des écoles de la FSSPX

Lettre Aux Amis et Bienfaiteurs

Avril 2007

Pour l'amour de la vérité

Un matin de printemps 1139, les étudiants parisiens se hâtent sur la montagne Sainte Geneviève. Ils sont plus de 3000 à venir écouter les leçons de celui qui se considère comme « le seul philosophe au monde » : Abélard.

Charmés par la vivacité de son esprit et l'originalité de son enseignement, les élèves sont chaque jour plus nombreux et assidus. Pourtant, les autorités ecclésiastiques ne partagent pas cet enthousiasme. Abélard a, en effet, été condamné à brûler publiquement un de ses ouvrages quelques années auparavant, mais son enseignement n'en a pas été modifi é pour autant. Le clergé est inquiet de voir se propager si rapidement une doctrine d'une orthodoxie douteuse. Mais Abélard jouit d'une renommée qui dépasse les frontières du Royaume. Qui serait capable de l'affronter ?

C'est alors que tous les yeux se tournent vers l'abbé de Clairvaux. Saint Bernard est actuellement dans son monastère. Il revient à peine d'une nouvelle course apostolique épuisante. Il est malade et n'aspire qu'à une chose : finir paisiblement ses jours à contempler les mystères de Dieu en compagnie de ses moines. Aussi, quand un évêque lui demande de réfuter Abélard, le refus est catégorique. Bernard n'est ni un évêque, ni un docteur, mais un simple moine. Que faire ? L'évêque, rusé, envoie à Clairvaux les oeuvres d'Abélard. Bernard s'y plonge, d'abord avec curiosité, bientôt avec effroi. Lorsqu'il achève sa lecture, il est épouvanté. Il affrontera le philosophe, publiquement s'il le faut. Il mènera l'attaque et il ira jusqu'au bout maintenant qu'il est décidé.

Comment expliquer un changement si subit ? Chez Bernard, l'amour de la solitude et de la contemplation est intense, mais plus intense encore est l'amour de la vérité et de l'Église qui en est la gardienne. Il ira jusqu'à s'écrier :

« Il vaut mieux faire naître un scandale que renoncer à la vérité ».

Le pape Pie XII écrira de lui en 1953 :

« Le docteur de Clairvaux ne reste pas enfermé entre les murs de sa cellule, mais partout où la cause de Dieu et de l'Église est en jeu, il accourt en hâte avec sa sagesse, sa parole et son activité ».

Notre saint proclamera au roi de France :

« Nous, fils de l'Église, ne pouvons vraiment pas cacher les insultes adressées à notre Mère, le mépris et l'avilissement où on la tient. Aussi, nous nous lèverons et nous combattrons pour notre Mère, jusqu'à la mort s'il le faut, avec les armes qui conviennent, pas avec le bouclier et l'épée, mais par la prière et l'imploration de Dieu ».

Immédiatement, saint Bernard se met à l'ouvrage et étudie minutieusement les écrits du philosophe suspect. Pendant ce temps, inquiet, Abélard croit habile de prévenir une attaque éventuelle. Il demande qu'un concile se réunisse pour juger s'il y a dans son enseignement quoi que ce soit de contraire à la Foi. Il est fait droit à sa demande.

En 1140, à Sens, se réunissent cardinaux, évêques et chanoines pour l'entendre. L'abbé de Clairvaux est chargé de l'affronter. Le concile de Sens attire la foule des grands jours. On s'attend à une sensationnelle joute oratoire entre deux personnages si différents et si éminents. Les disciples et amis d'Abélard sont venus en masse pour soutenir leur maître. Abélard est sûr de gagner. C'est un jeu pour lui, pense-t-il, de se démontrer bon et fi dèle catholique. Il va se livrer à l'escrime, familière pour lui, des idées. Quelle que puisse être l'infl uence de Bernard sur un concile, il paraît absurde qu'il puisse triompher en dialectique du plus grand orateur du siècle. Mais Bernard ne se laissera pas prendre au piège de l'éloquence et de l'érudition. Il va attaquer de front. Il va accuser.

A peine le concile est-il déclaré ouvert que l'abbé de Clairvaux demande la parole. Il a décidé de mener rondement l'exécution. Il faut prendre de court un bavard malfaisant aussi avisé. Examinant les livres d'Abélard ligne par ligne, il bâtit minutieusement son réquisitoire. Il entasse les matériaux. Abélard parle-t-il de la Trinité ? Il a une saveur de schisme arien ! De la Grâce ? hérésie pélagienne ! De la personne de Jésus-Christ ? On croirait entendre Nestorius ! Impitoyable, inébranlable, Bernard attaque le mur de la rébellion qui s'éboule pierre à pierre. Et de conclure en déclarant avoir relevé chez Abélard dix-sept propositions hérétiques.

La stupeur écrase bientôt les membres du concile qui étaient bien loin de s'attendre à de si effrayantes responsabilités. Que va répondre le philosophe mis au banc des accusés ? Abélard paraît accablé, le front courbé. Après un long et effrayant silence, il balbutie qu'il récuse le concile, qu'il en appelle au Saint Père, puis il quitte la salle en toute hâte, à la consternation de ses disciples stupéfaits. Il ira se réfugier à Cluny. C'est là qu'il apprendra la nouvelle de sa condamnation par le souverain pontife. Il mourra de façon édifiante, réconcilié avec l'Église et avec l'abbé de Clairvaux.

La vérité a triomphé de l'erreur, la pureté doctrinale a trimphé de l'hérésie.

Faut-il reprocher à notre saint une fougue et une sévérité excessives ? Il est vrai que la mentalité actuelle comprend mal que l'amour de la vérité puisse inspirer un tel zèle. Pourtant, Jésus-Christ n'a-t-il pas affirmé :

« Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité » ?

S'il est mort sur la croix, n'est-ce pas pour la vérité ? Si les bourreaux l'ont crucifié, n'est-ce pas par une obstination dans l'erreur ? En cela, saint Bernard, comme tant d'autres saints, n'est que le fidèle disciple du divin maître. Il suit le précepte de saint Augustin :

« Tuez l'erreur, mais aimez les égarés ».

Nous-mêmes, dans l'école placée sous un si glorieux patronage, nous efforçons de suivre ces nobles traces.

L'existence de notre école s'explique elle aussi par l'amour de la vérité . Si nous tenons à être une école « hors-contrat », c'est pour échapper à la dictature intellectuelle actuelle. Nous refusons les erreurs de la pensée unique dont les programmes de l'Éducation Nationale sont les vecteurs.

Avec l'aide de la grâce divine, nous voulons tourner les intelligences de la jeunesse vers leur objet naturel : le vrai.

En contrepartie, chers amis et bienfaiteurs, vous savez que l'État refuse de nous donner la moindre subvention. Il exige même des charges de plus en plus onéreuses. La liberté de notre enseignement est à ce prix. Même si la Providence veille sur notre école, je me permets de faire à nouveau appel à votre générosité.

Nous avons besoin de vos prières et de votre soutien financier. Merci de votre confi ance et de votre aide. Et vous, chers parents, merci de votre précieuse collaboration dans le combat que nous menons ensemble pour l'amour de la vérité.

Abbé Bernard de Lacoste, Directeur

 

LAB d'avril 2007

Intégralité de la Lettre au format pdf

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Messe et retraite
Océan Indien
en octobre 2017

11 au 16 oct. messe à Madagascar
17 au 21 octobre, retraite spirituelle
à La Réunion


Catéchisme n° 77
La loi, définition


Bulletins et revues
Montgardin - Le Petit Echo de N-D : 800 ans de la Custodie de Terre Sainte
La Malle aux Mille Trésors n° 59 de septembre-octobre
Foyers Ardents : Merci à nos maris,
par M. du Tertre;
le quinze août, par
le Père Joseph

Fideliter 238
La correspondance inédite d'un prêtre
fidèle

Courrier de Rome - Ordre de Malte (Pr. Pasqualucci); Sola scriptura (Abbé Citati)
Vers les sommets - Ton mot d'ordre :
Piété, abbé Gérard

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 24 septembre 2017
07:42 19:43

  Suivez notre fil RSS