Communiqué de l’ACIM du 8 juin 2008

Les futurs états généraux de la bioéthique…à la lumière
des Cellules souches pluripotentes induites [cellules IPS]

La France est pré­sen­te­ment en train de rééva­luer les lois de bioé­thique de 2004. Lesquelles auto­ri­saient par déro­ga­tion l’u­ti­li­sa­tion d’embryons humains en déshé­rence pro­ve­nant des fécon­da­tions in vitro ou impor­tées d’autres pays, afin d’en extraire des cel­lules souches embryonnaires.

De telles expé­ri­men­ta­tions ont été vive­ment cri­ti­quées pour des rai­sons morales – mort de l’embryon- mais aus­si parce que les recherches en cours n’offrent pas de pers­pec­tives thé­ra­peu­tiques dans l’immédiat.

C’est actuel­le­ment le Dr Peschanki qui est tou­te­fois char­gé de ce tra­vail tant en France qu’au sein de la Communauté euro­péenne. Ses ori­gines trots­kystes lui font appré­hen­der les réa­li­tés scien­ti­fiques au tra­vers d’un prisme idéo­lo­gique. Ses cer­ti­tudes ont été ébran­lées par le suc­cès des cel­lules IPS (Cellules souches plu­ri­po­tentes induites) réa­li­sées conjoin­te­ment par le Pr Yamanaka au Japon et Wood aux Etats-​Unis (Wisconsin).

Un simple pré­lè­ve­ment de peau a per­mis d’ob­te­nir des cel­lules ayant les mêmes capa­ci­tés que celles pro­ve­nant d’embryons. Et ce au moyen d’un virus géné­ti­que­ment modi­fié ; mais ceci lais­sait pla­ner un doute sur la sécu­ri­té de leur emploi car il existe un risque de pro­vo­quer des can­cers secondairement.

Or des scien­ti­fiques du Scripps Recherche Institute de Californie et le Pr Max Planck de L’ins­ti­tut molé­cu­laire de Biomédecine en Allemagne viennent de réa­li­ser un exploit en se ser­vant de média­teurs chi­miques pour obte­nir le même résul­tat. Ils ont réus­si à faire régres­ser des cel­lules céré­brales adultes pré­le­vées sur des per­sonnes mortes au stade de cel­lules souches embryon­naires. Selon le Pr Sheng Ding, une telle décou­verte démontre qu’il est pos­sible ain­si d’ob­te­nir des cel­lules souches plu­ri­po­tentes sans pas­ser par le génie géné­tique.

Cette tech­nique de repro­gram­ma­tion est selon lui extrê­me­ment pra­tique. Il ter­mine son pro­pos dans le London Telegraph de la manière suivante :

« Cette avance fait appro­cher à grand pas le moment où il sera pos­sible par la puis­sance de ces cel­lules de régé­né­rer toutes sortes de tis­sus néces­si­tés par l’é­tat de malades et ain­si de les aider ».

En outre elle rend obso­lète toute recherche sur le clo­nage ten­dant lui aus­si à créer de tels types cel­lu­laires ; sinon que pour créer un clone humain.

Espérons donc que les « états géné­raux » de la bioé­thique pré­vus en 2009 – qui seront peut-​être repous­sées en 2010- pren­dront en compte cette décou­verte extra­or­di­naire qui rend inutile le recours à l’embryon ; et qu’ain­si l’argent de nos citoyens ne soit plus uti­li­sé pour des recherches, à la fois inutiles et dan­ge­reuses. (Inf. Lifenews.com 6 juin 2008)

Dr Jean-​Pierre Dickès 

Ethical Creation of Embryonic-​Like Stem Cells Sees Another Breakthrough

Washington, DC (LifeNews.com) – While contro­ver­sial embryo­nic stem cells conti­nue to be pla­gued by the same pro­blems, scien­tists announ­ced a big proof of prin­ciple in research with iPS cells. Those are the adult stem cells that resear­chers have been able to convert to an embryo­nic state without the des­truc­tion of human life. Professor Shinya Yamanaka of Japan, along with scien­tists in Wisconsin, came up with the ori­gi­nal rever­sal method. It requi­red a virus to gene­ti­cal­ly alter adult cells and had inherent safe­ty concerns. Now, scien­tists at Scripps Research Institute in California and the Max Planck Institute for Molecular Biomedicine in Germany have been able to use drugs ins­tead of viruses to turn brain cells from an adult back into embryonic-​like stem cells. Dr. Sheng Ding says the results show the scien­tists are « on the way » to making the embryonic-​like stem cells without gene­tic modi­fi­ca­tion. « This shows that we can make cell repro­gram­ming tech­no­lo­gy much more prac­ti­cal than it has been, » Ding told the London Telegraph. « These advances will bring us clo­ser to the day when we can use these power­ful cells to make any kind of human tis­sue that we need to help patients. »

Full sto­ry at LifeNews.com

Pour tout savoir sur l’ACIM

le site de l’ACIM