La proximité et le soutien de l’Eglise de Rome au pape – Cardinal Vallini

Sauf avis contraire, les articles ou confé­rences qui n’é­manent pas des
membres de la FSSPX ne peuvent être consi­dé­rés comme reflétant
la posi­tion offi­cielle de la Fraternité Saint-​Pie X

Zenit du 12 mars 2009

ROME, Jeudi 12 mars 2009 (ZENIT.org) – Le car­di­nal Vallini exprime au pape sa proxi­mi­té et le sou­tien de l’Eglise de Rome, en réponse à sa lettre aux évêques du monde entier publiée ce 12 mars.

A l’oc­ca­sion de la Lettre de Benoît XVI, le car­di­nal vicaire du pape pour le dio­cèse de Rome, Agostino val­li­ni a publié dès cet après midi un com­mu­ni­qué pour expri­mer au pape sa « proxi­mi­té affec­tueuse et filiale » et « le sou­tien quo­ti­dien » de la prière de tout le dio­cèse de Rome.

Le car­di­nal Vallini se dit « ému et bou­le­ver­sé » par la lettre du pape : « Je l’ai accueillie comme une grande leçon de foi offerte à nous tous par le Pasteur suprême qui place le Christ et le bien de son trou­peau avant tout autre consi­dé­ra­tion humaine, une leçon d’a­mour et de ser­vice de l’Eglise ».

Le car­di­nal Vallini cite les paroles de Jésus à Pierre après sa résur­rec­tion : « Simon, fils de Jean m’aimes-​tu plus que ceux-​ci ? … En véri­té, je te le dis, … tu éten­dras les mains et un autre te cein­dra et te mène­ra où tu ne vou­drais pas » (Jean 21, 15.18).

Et il inter­prète ain­si ce pas­sage : « Le Pierre d’hier et d’au­jourd’­hui est sou­vent appe­lé à vivre son minis­tère sin­gu­lier dans la soli­tude, dans l’in­com­pré­hen­sion et dans la souffrance ».

A pro­pos de la levée de l’ex­com­mu­ni­ca­tion, le car­di­nal vicaire ajoute : « Les rai­sons long­temps médi­tées, par Votre Sainteté, du ‘geste dis­cret de misé­ri­corde”, envers les quatre évêques, dans la pater­nelle attente qu’elle reçoive d’eux une réponse, avec les pas néces­saires de pleine récon­ci­lia­tion, devaient être accueillies par tous dans l’Eglise ».

On atten­dait, sou­ligne le car­di­nal Vallini, une mani­fes­ta­tion de « sou­tien », de « récon­fort » et de « par­tage » dans la « com­mu­nion ecclé­siale », même sans sai­sir tous les tenants et les abou­tis­sants de cette situa­tion « douloureuse ».

Il sou­ligne que la lettre « cla­ri­fie bien les aspects dis­ci­pli­naires, doc­tri­naux et pas­to­raux » qui ont conduit le pape à ce « geste humble d’une main tendue ».

Le car­di­nal Vallini exprime de la part de l’Eglise de Rome – « Votre Eglise » souligne-​t-​il – sa proxi­mi­té, pour « adou­cir la peine de cette cir­cons­tance » et confir­mer sa « pleine com­mu­nion et adhé­sion à ses actes de gouvernement ».

« Je reste convain­cu, écrit le car­di­nal vicaire, que les déci­sions du pape s’ac­cueillent avec foi, se com­prennent dans leurs hautes moti­va­tions et sont tou­jours à soutenir ».

Anita S. Bourdin