logos-lpl-separator-blc

Mysterium Fidei n° 65 – Le tertiaire qui veut aller à Dieu tout droit

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Octobre-novembre-décembre 2011

Mysterium Fidei n° 65 – Le tertiaire qui veut aller à Dieu tout droit

« Ceux qui veulent vivre pieusement dans le Christ Jésus souffriront persécution. » C’est saint Paul qui le dit sous l’inspiration du Saint-Esprit.

A ses débuts, l’âme naturellement bonne se livre sans arrière-pensée. Elle pense que tous les hommes sont droits et simples comme elle. Cette illusion dure peu. Plus elle fraie avec les hommes, plus elle découvre que la plupart d’entre eux ont une certaine étroitesse d’esprit et de sentiment. Ces défauts se constatent même chez ceux qui sont vertueux. Et le tertiaire doit, par expérience personnelle, finir par le constater en lui-même.

Ne nous illusionnons pas : le cœur humain est resserré. La mesquinerie et l’étroitesse de vue défigurent les meilleures âmes. Souvent ces défauts ne nous sont pas imputables, mais ils sont réels et peuvent rendre difficile une cohabitation prolongée entre personnes, même spirituelles.

Le tertiaire qui veut aller à Dieu tout droit peut se voir l’objet de suspicion, d’examens, de censures : le monde ne supporte pas qu’on agisse différemment de lui, qu’on s’impose des heures de prière qu’on s’interdise certaines distractions ou qu’on brise les relations qu’on juge nécessaire. L’âme animée d’un grand zèle se voit alors contrecarrée dans ses desseins, abandonnée de ses amis, critiquée. Cela peut aller jusqu’à la persécution déguisée ou ouverte.

Que faire ? D’abord ne pas s’étonner. Dieu permet ces désillusions pour qu’en définitive nous ne nous attachions qu’à lui et ne nous reposions qu’en Lui. Une fois qu’on s’est donné à Dieu, on ne doit plus faire cas de l’estime des hommes. Le monde n’est puissant que contre ceux qui le craignent. Ceux qui l’affrontent le trouvent impuissant. N’abandonnez jamais vos résolutions de tertiaires par crainte du monde.

Remettez à Dieu tous vos soucis et réservez-vous de l’aimer et de faire sa volonté. Confiez-lui votre défense. Au sein des consolations et de l’abondance comme au sein des désolations et de la persécution, n’ayez qu’un acte : le don intégral de vous à Jésus.

Votre aumônier vous souhaite un saint mois du Rosaire et un saint trimestre.

Abbé François Fernandez_Faya †