logos-lpl-separator-blc

Un cardinal indésirable – Biographie de son Eminence Josef Beran (1888-1969)

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Nommé par Pie XII archevêque de Prague au lendemain de la Deuxième guerre mon­diale pour récompenser sa fidélité envers l’Eglise catholique durant la persécution nazie, Josef Beran n’en a pourtant pas fini avec la prison. Après trois ans d’internement en camp de concentration allemand à Da­chau, il subira durant 14 ans les geôles communistes.

Né en Bohème, fils d’un en­seignant, Josef est éduqué dans la religion catholique et grandit dans l’amour de Dieu. Muni de son baccalauréat, il se rend à Rome pour y com­mencer des études de théolo­gie. Ordonné prêtre en juin 1911, il passe avec succès un doctorat de théologie en 1912. Il est nommé dans son pays dans une paroisse allemande comportant une minorité de tchèques. Du­rant la Première guerre, il est nommé aumô­nier d’un asile de sourdes et muettes dirigé par des Sœurs. Au lendemain de la guerre, la création de la Tchécoslovaquie entraîne dans le courant des années 1920 une ré­forme progressiste de tendance schisma­tique dans l’Église du nouveau pays con­fronté au protestantisme. Durant cette pé­riode, le père Beran publie plusieurs livres de pédagogie et des ouvrages universitaires. A partir de 1933, il devient recteur du sémi­naire archiépiscopal de Prague. La montée du nazisme entraîne des problèmes internes entre allemands et tchécoslovaques. Après l’invasion allemande, les événements s’ac­célèrent. Le père Beran est arrêté en juin 1942. Le calvaire commence pour lui dans plusieurs lieux de détention, supportant chrétiennement des violences inouïes et des privations quotidiennes.

La biographie de ce héros de l’Église catho­lique constitue le condensé d’une monogra­phie publiée en tchèque par la spécialiste des régimes totalitaires Stanislava Vodickovâ. Celle-ci met en valeur la fidélité à la foi catholique mais aussi le rôle que celui qui sera nommé cardinal et finalement con­traint de s’exiler à Rome pour le maintien de relations diplomatiques de son pays avec le Vatican eut au Con­cile Vatican II pour témoi­gner en faveur de la liberté religieuse et de la déclara­tion Dignitatis humanae, présentée comme une dé­fense des droits de la per­sonne humaine à ne pas être inquiétée en matière reli­gieuse. Honoré dans de nombreux pays pour cette cause, le cardinal Beran trouva en Paul VI un soutien sérieux durant ses dernières années.

La vie du cardinal est intéressante pour comprendre les mécanismes des persécu­tions nazie et communiste. Elle apporte un éclairage sur l’utilisation des persécutions subies au profit de la promotion de la nou­velle doctrine sur la liberté religieuse source d’indifférentisme et d’œcuménisme. La per­sonnalité du cardinal n’était en rien opposée à ces nouvelles tendances prises par l’Église catholique au Concile. C’est là toute l’ambi­valence de cette figure ecclésiastique pour­tant courageuse et édifiante à bien des égards.

Stanislava Vodickova, Un cardinal indésirable – Biographie de son Eminence Josef Beran (1888-1969), Editions du Cerf 2020, 170 pages, 15 €.

Image Fsspx.News

fraternité sainte pie X

Articles en relation