logos-lpl-separator-blc

19 décembre 1370

Le Bienheureux Urbain V

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Né en 1310 au château de Grizac, près de Florac,
et mort le 19 décembre en Avignon.

Le Bienheureux pape Urbain V s’appelait avant son élection Guillaume de Grimoard et naquit vers 1310 au château de Grizac, près de Florac, aux confins des Cévennes et du Gévaudan, non loin de la source du Tarn, au sud de Mende. Son parrain fut saint Elzéar[1].

Il fit de brillantes études en lettres, sciences, philosophie et droit à Toulouse et à Montpellier.

Il entra à l’abbaye bénédictine de St-Victor à Marseille où il fut tellement apprécié pour son enseignement qu’il enseigna le droit à Montpellier, Paris, Avignon et Toulouse.

Clément VI, pape en Avignon de mai 1342 à décembre 1352, le nomma Abbé de l’abbaye St-Germain d’Auxerre dont il réforma et la règle et l’administration. L’Abbé Guillaume fut envoyé comme légat du pape en Italie.

Innocent VI, pape dès décembre 1352, nomme Guillaume Abbé de l’abbaye St-Victor de Marseille où il était entré en religion. Innocent décède le 12 septembre 1362, et, le 27 ou le 28, les cardinaux, quasiment à l’unanimité, élisent pape Guillaume, qui n’est ni cardinal ni évêque.

Pape, il choisit le nom d’Urbain[2] et est sacré évêque de Rome et couronné pape le 6 novembre 1362. Cette suprême promotion ne l’empêcha pas de garder l’austérité monacale : il couchait revêtu de l’habit bénédictin dans un appentis de planches.

C’est la guerre de Cent-Ans entre la France et l’Angleterre. Le roi de France, Jean II le Bon, meurt à Londres en captivité. Son fils Charles V peut compter sur la bravoure du chevalier Du Guesclin et du comte Jean de Bourbon, ancêtre d’Henri IV.

Le premier des papes d’Avignon, Clément V, avait envoyé en 1307 trois évêques en Chine pour y secourir des chrétiens déportés par les Mongols. La Bible fut traduite en langue mongole, des centaines de milliers de chinois se convertirent au catholicisme. C’est pourquoi Urbain V envoya un légat à Pékin et y fonda le premier diocèse de Chine.

Urbain V obligea les évêques et les Abbés à résider sur leurs territoires, et à revenir à l’observance de leurs règles. Il restaura l’abbaye du Mont-Cassin.

Urbain V ordonna un procès de canonisation de la bienheureuse Delphine[3] qui dura de mai à octobre 1363, mais resta inachevé.

Urbain V entretint une correspondance avec Pétrarque et Boccace, et érigea les universités de Genève, Cracovie, Vienne et Pecs (en Hongrie).

Urbain V, sixième des papes résidant en Provence, est le premier à se rendre à Rome où il entre le 13 octobre 1367, accueilli par sainte Brigitte de Suède[4] qui l’y avait exhorté. Le 21 octobre 1368, Urbain V couronne empereur Charles IV de Luxembourg, qui avait été élu à la tête du Saint-Empire germanique en 1355.

Urbain V œuvra au vrai et bon œcuménisme en ramenant dans l’Eglise Romaine des communautés nationales orientales hérétiques et schismatiques, notamment les Bulgares, les Hongrois, les Bosniaques, les Albanais, les Arméniens, et surtout l’empereur d’Orient Jean V Paléologue, lequel abjura à Rome l’hérésie et le schisme le 18 octobre 1369, et émit une profession de foi catholique[5].

En 1370, Urbain V canonise son parrain saint Elzéar, et approuve la règle des Brigittines.

Excédé par les nouvelles querelles italiennes, Urbain V quitte Rome le 5 septembre 1370 vers Avignon. Là, le 19 décembre, souffrant de la maladie de la pierre, il décède.

Son successeur, Grégoire XI, reçoit de nombreuses demandes de canonisation de la part de prélats et de princes, mais le schisme d’Occident de 1378 l’empêchera. Le pape Pie IX confirmera le 10 mars 1870 le culte de bienheureux attribué à Urbain V.

Abbé Laurent Serres-Ponthieu

Seigneur notre Dieu, nous Vous rendons grâce pour le serviteur que Vous avez placé autrefois à la tête de l’Eglise, le Bienheureux Pape Urbain V, qui a vécu sous la motion de Votre Esprit Saint. Vous l’avez suscité pour qu’il soit le sage réformateur du clergé, qu’il défende les droits et la liberté de l’Eglise et propage l’Evangile parmi les nations infidèles.

Faites que sa mission porte du fruit encore aujourd’hui ; nous Vous en supplions, accordez-nous la grâce que nous demandons par son intercession, et si telle est Votre Volonté, daignez glorifier Votre serviteur par Jésus Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il.

Notes de bas de page

  1. L’Etoile de la Mer, septembre 2016.[]
  2. Un siècle auparavant, Jacques Pantaléon, originaire de Troyes et de condition modeste, devenait pape sous le nom d’Urbain IV.[]
  3. Epouse de saint Elzéar, L’Etoile de la Mer, novembre 2012.[]
  4. L’Etoile de la Mer, octobre 2015.[]
  5. Cette réunion des Orientaux à Rome durera bon an mal an jusqu’à la prise de Constantinople en 1453 par les Turcs.[]

Abbé Laurent Serres-Ponthieu

FSSPX