logos-lpl-separator-blc

Saint Clément

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Né vers l’an 30 à Rome,
et mort le 23 novembre de l’an 100 en Crimée

Saint Clément, fils de Fortunatus ou Faustinus, est né vers l’an 30 à Rome, au Mont Cœlius, d’une famille alliée à celle du futur empereur Domitien, mais aussi d’extraction israélite.

Clément devint chrétien au passage à Rome de saint Barnabé, indigné par le mépris des intellectuels envers l’apôtre. Il logea Barnabé chez lui, puis rejoignit cet apôtre vers l’an 50 à Césarée de Palestine, où, accompagnés de ses frères Aquila et Nicétas, il vit saint Pierre.

Vers l’an 54, Clément fut envoyé accompagner saint Paul dans son deuxième périple, comme celui-ci l’attestera dans son Epître, écrite en captivité à Rome, vers l’an 58, aux Philippiens. Philippes, était alors capitale de la province de Macédoine (en Grèce actuelle), sur la mer Egée. Saint Paul transmet cette lettre à saint Epaphrodite, évêque de Philippes, venu le visiter à Rome. Saint Paul y écrit : « Je te prie aussi, toi, mon fidèle compagnon, aide celles qui ont travaillé avec moi pour l’Evangile, avec Clément et mes autres coopérateurs dont les noms sont dans le livre de vie ». Nous lisons cette péricope le XXIIIème dimanche après la Pentecôte. De fait, saint Paul était passé à Philippes vers l’an 54 où il avait converti sainte Lydie (Actes XVI) ; Clément est resté à Philippes quelques années.

Saint Pierre appela Clément à Rome pour le sacrer évêque. Clément était évêque auxiliaire de l’Apôtre Pierre, puis de saint Lin, pape en 67, et de saint Clet, pape en 78. Clément avait été désigné par saint Pierre pour succéder à Lin et à Clet. Devenu pape le 17 mai 91, après le martyre de saint Clet, Clément répartit l’administration du diocèse de Rome entre sept notaires, chacun devant enregistrer les martyres des premiers chrétiens dans son quartier. C’est dire la somme de chrétiens martyrisés à Rome.

St Clément envoie notamment l’évêque saint Eutrope à Saintes, saint Spire à Bayeux, saint Latuin à Sées, saint Taurin à Evreux, saint Denis à Paris, saint Lucien à Beauvais, saint Nicaise du Vexin à Rouen, etc…

En 95, Domitien persécute les chrétiens ; l’Apôtre Jean est miraculé à la Porte Latine.

Ayant eu vent d’une révolte des chrétiens de Corinthe, menés par un ou deux agitateurs, contre leurs prêtres, Clément écrit une épître aux Corinthiens. Il écrit aussi deux lettres aux vierges.

En 98, Trajan devint empereur, et une sédition se fomente contre le pape Clément, prétexte pour sommer le pape de sacrifier aux idoles. Clément restant ferme, il est envoyé en déportation en Chersonèse Taurique (Crimée) dans une carrière de marbre où il trouve 2000 chrétiens réduits aux travaux forcés. Ils devaient parcourir plus d’une lieue pour s’approvisionner en eau, Clément les fit prier Dieu de leur donner une source ; pendant qu’ils priaient, Clément vit un agneau tenant le pied droit montrant un endroit précis ; là, ils creusèrent en vain, Clément prit alors une pioche et du premier coup jaillit une source. Ce miracle impressionna les païens dans un rayon de cinquante lieues, de sorte qu’ils se convertirent, furent catéchisés et reçurent le baptême ; cette région devint chrétienne et les idoles furent renversées. Saint Clément établit un monastère dans les cavernes avoisinant le village d’Inkerman (Crimée).

L’empereur ayant appris ces faits envoya le préteur Aufidianus qui, après avoir martyrisé plusieurs chrétiens et tenté vainement d’amadouer Clément, le fit jeter à la mer, attaché à une ancre, le 23 novembre de l’an 100. Un matin, à la prière de Corneille et Phœbus, disciples de Clément, la mer se retira à environ une lieue des côtes, les chrétiens purent chercher et trouver à pied sec le corps du saint martyr, encore attaché à l’ancre, dans une niche naturelle formée de plusieurs blocs de marbre. La tradition ajoute que, chaque année, pendant l’octave de la fête de saint Clément, la mer se retirait au même endroit, et toute sorte de malades allait invoquer la protection de saint Clément dans cette chapelle sous-marine, et recouvrait la santé.

Une part des reliques de saint Clément fut apportée à Rome par les saints Cyrille et Méthode au IXème siècle sous le pape saint Nicolas 1er.

Une relique de saint Clément se conserve à La Garde-Freinet dont il est le patron. Chaque année une bravade défile en son honneur en portant son reliquaire dans le village.

Abbé L. Serres-Ponthieu

fraternité sainte pie X