Credo n° 185

Le mot du Président

CREDO n° 185 (Février – mars 2008)

e « Mot du Président » est com­men­cé quelques jours seule­ment après le 8 décembre, jour de la grande fête de l’Immaculée. Nous pre­nons déjà le che­min de Bethléem. Mais lorsque vous les lirez nous aurons déjà été au Temple ren­con­trer le « Vieillard Siméon » et nous recom­men­ce­rons notre mon­tée de 40 jours vers le Cénacle et le Golgotha. Cette grande mon­tée doit puri­fier notre coeur, notre esprit et notre âme de toutes les sco­ries et autres impu­re­tés afin d’être, si pos­sible, aus­si pur et cou­ra­geux que le fût notre Maman du Ciel au pied de la Croix.

Nous appro­che­rons éga­le­ment du 11 février, 150e anni­ver­saire de la pre­mière appa­ri­tion de Lourdes. Dans ce bul­le­tin, nous avons vou­lu mar­quer ce temps par des articles spé­ci­fiques afin que nous nous péné­trions tota­le­ment dans cette année anni­ver­saire et que le der­nier dimanche d’oc­tobre 2008, fête du Christ-​Roi, nous nous retrou­vions à la Grotte de Lourdes au pèle­ri­nage de la FSSPX.

A Lourdes, où lors de la 16e appa­ri­tion, le jeu­di 25 mars 1858, la Dame révé­la à Bernadette son iden­ti­té : « Que soy era Immaculado Counceptiou ! » Bernadette, quit­tant alors la Grotte, redi­sait sans cesse cette phrase, comme une longue lita­nie, à tra­vers les rues de son vil­lage jus­qu’au pres­by­tère devant M. le Curé : « que soy era Immaculdo Conceptiou ! » – « Ma petite, tu ne vas pas me faire croire une chose pareille ! » – « M. le curé, je ne suis pas char­gée de vous le faire croire, mais de vous le dire ! » Cette réponse simple, comme celles de Jeanne d’Arc à ses juges, convain­quit l’ab­bé Peyramale de la véra­ci­té de ce que voyait Bernadette. A par­tir de ce jour, il pro­té­gea et défen­dit celle qui avait la grâce de voir l’Immaculée.

Faisons nôtre cette réponse de Bernadette. N’imposons pas notre foi catho­lique, disons-​là. – « Mais com­ment ? » me direz-​vous. Déjà par une vie exem­plaire. Par exemple, en obéis­sant à notre Maman du Ciel. Lors d’une appa­ri­tion dans un autre lieu, à Fatima, Notre Mère nous a deman­dé la dévo­tion spé­ciale chaque pre­mier same­di du mois. Cette dévo­tion devrait être pour nous aus­si obli­ga­toire que d’al­ler à la messe domi­ni­cale puisque c’est notre Mère du Ciel, la Mère de notre Dieu, qui nous le demande !

Dans toutes les autres appa­ri­tions (Rue du Bac, La Salette, Pontmain, Pellevoisin, l’Ile Bouchard) la Très Sainte Vierge nous demande tou­jours de prier et de faire péni­tence : « Pénitence, péni­tence, péni­tence ». Le pre­mier same­di du mois n’est-​ce pas le jour où nous devons faire péni­tence en modi­fiant notre pro­gramme habi­tuel pour aller à la messe ce jour-​là ? Nous devons le faire plus que jamais, car non seule­ment notre France s’en­fonce dans le maté­ria­lisme tyran­nique mais toute notre Planète, comme l’on dit main­te­nant, se sou­met au pou­voir de l’argent en aban­don­nant son Créateur et Rédempteur.

Notre France Islamisée.

Dernièrement un chef d’Etat afri­cain, venu para­der durant une semaine comme en ter­rain conquis, a osé au coeur de Paris dire les mots sui­vants lors d’une ren­contre cultu­relle : « Jésus n’a pas été envoyé à l’Europe mais aux fils d’Israël, pour cor­ri­ger la Loi de Moïse. Il ont essayé de tuer Jésus mais, comme le dit le Coran, c’est un autre qui a été cru­ci­fié. La croix que vous por­tez n’a donc aucun sens, comme vos prières n’ont aucun sens ». Ces pro­pos, rap­por­tés par l’heb­do­ma­daire Rivarol, ont-​ils été dénon­cés ? Pas à ma connais­sance. Ils sont loin de ce que disait Saint François d’Assise en 1219 pen­dant la 5e croi­sade au sul­tan d’Egypte : « Les chré­tiens agissent selon la jus­tice quand ils enva­hissent vos terres et vous com­battent, parce que vous bla­phé­mez le nom du Christ et vous vous effor­cez d’é­loi­gner de la vraie reli­gion tous les hommes que vous pou­vez ». Et saint François de dire dans cette même conver­sa­tion : « Dieu m’a envoyé à toi pour te mon­trer le che­min du salut éter­nel ». Vous trou­ve­rez cette cita­tion et les réfé­rences dans le Courrier de Rome de novembre 2007. Nous sommes très éloi­gnés de la poli­tique oecu­mé­nique actuelle qui consiste à nous prendre tous par la main pour construire un monde de paix, de jus­tice, de fra­ter­ni­té, etc…

Mais aujourd’­hui dans notre France on peut tout se per­mettre car nous sommes deve­nus « Terre d’Islam », grâce à la laï­ci­té posi­tive, qui n’est autre que le Matérialisme dia­lec­tique en marche depuis 1789. Plus de 2000 lieux de prières isla­mistes sont recen­sés, alors que la République athée posi­ti­ve­ment va détruire 2500 églises, faute de pou­voir les entre­te­nir. Notre belle Bretagne, naguère bas­tion catho­lique, n’é­chappe pas à cette inva­sion. J’ai sous les yeux Le Mensuel du Golfe du Morbihan, n° 37 de décembre 2007. 10 pages sont consa­crées à l’Islamisme à Vannes. 3 mos­quées, dont 2 tenues par des Turcs, dont l’Imam vient de Turquie et la 3e par les afri­cains. Sur ces 10 pages, magni­fi­que­ment illus­trées, 2 sont consa­crées au « voca­bu­laire indis­pen­sable » avec l’ex­pli­ca­tion des mots tels que Charia, Fâtiha, Hadith, etc… Mais nous n’y voyons pas le mot dji­had ! La 10e page est inti­tu­lée : « Adieu Stéphane, Bonjour Moustapha ». En sous-​titre, nous lisons : « Derrière la barbe et la robe de Moustapha se cache ste­phane Esvan. Ce van­ne­tais de 32 ans s’est conver­ti à l’is­lam l’an­née de sa majo­ri­té. Un choix qu’il assume plei­ne­ment mal­gré le regard cri­tique de sa famille ». En ter­mi­nant la lec­ture de cette page, je me suis aper­çu que mes yeux s’é­taient embués… Mais qu’a donc fait le cler­gé local depuis 40 ans dont le devoir est d’an­non­cer la Bonne Nouvelle ? Il a fait du social(isme) et de l’oe­cu­mé­nisme, comme par­tout ailleurs, pour éta­blir la jus­tice et la paix, main dans la main avec les autres reli­gions. Eh bien ! Ce sera la jus­tice et la paix d’un autre mono­théisme, sou­te­nu par la laî­ci­té positive.

Pie XII, pas encore Bienheureux.

A pro­pos de se prendre par la main, notre Grand frère, c’est ain­si que nos oecu­mé­nistes appellent les Fils d’Isaël, ceux qui attendent le Messie ou qui se prennent pour le Messie, on ne sait plus ! Le Grand Frère, donc, s’oc­cupe bien du « Petit frère » (nos oecu­mé­nistes de Vatican II!). Le jour­nal Présent du 20 décembre nous indique : « Alors qu’il a auto­ri­sé lun­di la pro­mul­ga­tion du décret recon­nais­sant les ver­tus héroïques de huit ser­vi­teurs de Dieu, Benoit XVI s’est conten­té de créer une com­mis­sion spé­ciale pour étu­dier le dos­sier de la béa­ti­fi­ca­tion de Pie XII. ». Cette béa­ti­fi­ca­tion pour­rait nuire aux rela­tions de l’Etat du Vatican avec Israël, conclut le journal. 

Une nomination significative.

Mgr Bruguès, évêque d’Angers, est nom­mé Secrétaire de la Congrégation pour l’é­du­ca­tion. Un évêque fran­çais à Rome, et qui plus est un des suc­ces­seurs de Mgr Freppel : c’est bien, me direz-​vous ! Malheureusement ce Mgr n’est pas un fils spi­ri­tuel de Mgr Freppel. Car « Pour Mgr Bruguès recon­naître ou non le Messie en Jésus, mort et res­sus­ci­té, est sujet à inter­pré­ta­tions diverses et notam­ment à deux lec­tures : la lec­ture chré­tienne ne conteste pas la lec­ture juive, cha­cune ayant son propre registre d’in­ter­pré­ta­tion. Que l’une ait rai­son n’en­traîne pas que l’autre ait tort. En somme, pour Mgr Bruguès, croire que Jésus, mort et res­sus­ci­té, est vrai Dieu et vrai homme, est facul­ta­tif. Le oui n’en­traine pas que le non ait « tort ». L’un et l’autre ont rai­son simul­ta­né­ment » : Cette pré­sen­ta­tion directe et pré­cise est celle de Jean Madiran dans le jour­nal Présent du 30 novembre dernier.

Cet évêque a eu 3 pro­mo­tions en 3 ans : En jan­vier 2005, consul­teur de la congré­ga­tion romaine pour l’é­du­ca­tion catho­lique. En juin 2006, consul­teur à la congré­ga­tion pour la vie consa­crée. En novembre 2007, secré­taire de la Congrégation pour l’é­du­ca­tion. Par cette der­nière nomi­na­tion, il est éle­vé au rang d’Archevêque. Il est main­te­nant « cardinalisable ».

Qu’un évêque, si peu catho­lique, monte, tel une fusée, dans la hié­rar­chie vati­cane, montre bien la pré­sence de clans, de com­pli­ci­tés et de socié­tés « dis­crètes » au sein de l’é­pis­co­pat fran­çais et vati­ca­nesque. Cette ascen­sion me rap­pelle celle de Mgr Jordan, aujourd’­hui arche­vêque de Reims, qui était res­té long­temps au ser­vice du Cal Villot, avant de pas­ser par Pontoise, le temps de m’ex­co­mu­nier pour cause « de sym­pa­thie lefébvriste ».

Conclusion.

Ce n’est pas le moment de bais­ser les bras. Le Motu Propio a, parait-​il, libé­rer la Sainte Messe de tou­jours. Je n’ose pas dire que cela res­semble à un leurre ; pour­tant lorsque l’on voit com­ment l’é­vêque d’Amiens traite les catho­liques, fidèles à l’Eglise de tou­jours, on peut se poser des ques­tions. Disons que le Prince de ce Monde est plus que jamais au tra­vail. Il sent que c’est son der­nier com­bat, car la Messe est le coeur de la vie Chrétienne. Aussi redou­blons de vigi­lance ; res­tons unis dans la FSSPX, comme nous l’a deman­dé le RP capu­cin de Morgon dans le ser­mon du der­nier jour à Lourdes. Mais et sur­tout obéis­sons à notre Maman du Ciel : Prions, disons notre cha­pe­let, obser­vons le 1er same­di du mois :

« Pénitence, pénitence,pénitence ! »

Jean BOJO

Pour plus de renseignements

Credo

Revue bimes­trielle de l’as­so­cia­tion « Credo » :

« CREDO, revue bimes­trielle, com­po­sée par des laïcs, n’est pas une revue d’ac­tua­li­té mais veut être, tant dans le domaine spi­ri­tuel que tem­po­rel, un sti­mu­lant pour les fidèles, un ciment pour sou­te­nir la foi catho­lique, main­te­nir la Messe de tou­jours et trans­mettre toute la Révélation et la Tradition de l’Eglise Catholique, dans le sillage de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie‑X. »

Président de l’as­so­cia­tion : Jean BOJO

11, rue du Bel air
95300 ENNERY

33 (0)1 30 38 71 07
credocath@aol.com

Secrétariat admi­nis­tra­tif

2, rue Georges De LaTour
BP 90505
54008 NANCY

Coordonnées ban­caires
CCP : 34644–75 Z – La source

Abonnement et ventes

Abonnement simple : 15 euros par an pour 6 numéros
Abonnement et cotisation :
– Membre actif : 30 euros.
– Membre dona­teur : 40 euros.
– Membre bien­fai­teur : 80 euros.

CREDO est en vente dans les cha­pelles ou à défaut au Secrétariat à Nancy (adresse ci-dessus).