Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Ne pas vagabonder de chapelle en chapelle, par M. l'abbé Benoît de Jorna

Accès aux éditoriaux archivés
Accès aux écoles de Tradition en France
Accès aux bulletins et revues du monde de la Tradition
Accès aux revues de presse du monde de la Tradition
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...


Ne pas vagabonder de chapelle en chapelle,
par M. l'abbé Benoît de Jorna


On connaît la sentence divine : « il n’est pas bon que l’homme soit seul ». Effectivement, l’homme est un animal non seulement domestique, mais mieux encore politique. Notre époque montre à l’envi cette nécessité que nous avons de vivre en commun. La « dissociété » dans laquelle nous sommes immergés malgré nous suscite d’autant plus cet appétit de s’épanouir ensemble. Oui nous aimons la compagnie, mais encore faut-il qu’elle soit bien choisie. Saint Augustin confesse ce larcin d’une poire qu’il dit, confus, avoir commis : « Non, je ne l’aurais pas commis tout seul. J’ai donc aimé aussi la compagnie de ceux avec qui je l’ai commis ». On aime à se réjouir ensemble, mais on apprécie aussi le soulagement qu’apporte la compagnie dans la tristesse. En somme, nous sommes friands de convivialité. D’autant plus que la laicité ambiante nous sépare constamment de nos congénères que les mœurs éloignent de nous. Il est bien juste de vouloir vivre en harmonie avec ses convictions.

Mais cette convivialité, cette bienveillance réciproque sera vraiment bénéfique, si elle est fondée sur une certaine communauté de vie. Par nature, nous sommes enclins à aimer davantage ceux qui nous ressemblent ; qui se ressemble s’assemble. Et l’Ecriture dit même : « tout animal aime son semblable ». Mais voilà justement le dilemme de notre vie quotidienne : nous unissons-nous par ressemblance, ou bien au contraire, une certaine communauté provoque-t-elle la similitude ? On connaît l’adage : « Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es ».

D’étrangers et même révoltés que nous étions en naissant, nous avons été baptisés, et dès lors nous savons que nous sommes marqués à l’effigie du Christ ; toute notre vie consiste alors à ressembler au divin modèle, Notre Seigneur Jésus-Christ. Pour ce faire, par la grâce, il nous faut tendre à vivre dans l’intimité de notre Sauveur pour atteindre en charité à cette union que les mystiques décrivent fort bien. Et l’Apôtre répétera sans aucun scrupule : « soyez mes imitateurs comme je le suis du Christ ».

Il n’empêche que notre vie quotidienne se vit très concrètement. Qui fréquentons-nous ? Bien plus que nous ne le croyons peut-être ou le percevons, nos fréquentations ne sont pas sans nous influencer et même quelques fois profondément. Voilà en particulier toute l’importance de l’éducation et de l’école qui est soulevée ici. Qui n’a pas déploré l’éloignement d’un enfant ou d’un parent, résultat de fréquentations délétères !

On saisit là le bienfait de nos chapelles, lieux privilégiés de cette convivialité tant souhaitée et si nécessaire. Nos prieurés sont à la vérité des microsociétés. Les convictions communes et manifestées publiquement sont le ferment de cette bienveillance réciproque entre les familles toutes entières. Et quel est donc le fondement de cette convivialité : la messe dans toute son intégralité. On retrouve par les faits ce que saint Thomas affirmait au moyen âge :  la vertu de religion est une vertu sociale, une vertu politique ; enseignement repris par Léon XIII ( libertas n. 35) : « aucune vertu digne de ce nom ne peut exister sans la religion, car la vertu morale est celle dont les actes ont pour objet tout ce qui nous conduit à Dieu considéré comme notre suprême et souverain bien et c’est pour cela que la religion qui accomplit les actes ayant pour fin directe et immédiate l’honneur divin est la reine et à la fois la règle de toutes les vertus ». Une véritable convivialité ne sera durable et bonne que si donc elle est fondée sur la messe prise non pas seulement dans son acte essentiel, le renouvellement du sacrifice de la Croix, mais dans toute son ampleur d’acte de religion : une liturgie, un sermon et un parvis. Si l’on virevolte de parvis en parvis sous prétexte que l’acte essentiel a partout été correctement posé, on se fait plaisir  dans une convivialité superficielle. Cette convivialité est en vérité amour sensible, de concupiscence, bien plus qu’amitié réelle. Le sentiment a supplanté la raison. Le fond manque : l’instinct de foi. La réalité le prouve : les amitiés vraies ont besoin d’un soubassement profond, l’assistance en famille et dans toute sa plénitude religieuse au saint sacrifice de la messe.

Abbé Benoît de Jorna, Supérieur du District de France de la de la FSSPX

Sources : Fideliter n° 251 / La Porte Latine du 21 novembre 2019

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Messes en direct
depuis Saint Nicolas du Chardonnet

Voir les horaires

Marchés de Noël

13 décembre : pièce de théâtre donnée par l'école Sainte-Philomène de Nancy
14 décembre 2019 : concert de l'Avent à Saint-Nicolas du Chardonnet- Paris
14 décembre 2019 : grande crèche vivante de la FSSPX à Nantes
14 et 21 décembre 2019 : Venez rencontrer nos auteurs - Librairie Notre-Dame de France
15 décembre 2019 : Concert des petits chanteurs de Saint-Joseph en la Cathédrale St-Etienne de Toulouse

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 125

L'ordre

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 13 décembre 2019
01 1