Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Fideliter 204 : À l'image de l'adoption divine, abbé de Cacqueray

Accès à Fideliter 204 de novembre-décembre 2011
Accès aux éditoriaux parus sur La Porte Latine

Editorial du n° 204

À l'image de l'adoption divine, abbé de Cacqueray

Par la démarche d'adoption, des époux décident d'accueillir en leur foyer un enfant qui n'est pas de leur propre sang et, de surcroît, un enfant blessé par la vie. Il s'agit d'une démarche « lourde », comme on dit en ces matières, à toutes les étapes du processus.

D'abord, l'adoption est souvent la suite d'une souffrance intime du foyer, celle de n'avoir pu concevoir un enfant, malgré sa fidélité aux lois de la vie et du mariage chrétien. Ensuite, les démarches d'adoption elles-mêmes sont longues, complexes, éprouvantes, parfois même humiliantes voire désespérantes. Enfin, il est toujours à craindre que la bouture ne prenne pas, que le courant ne passe pas, que la vie familiale ne s'enclenche pas vraiment.

Élever des enfants nés de son propre sang dans une bonne atmosphère n'est déjà pas toujours facile, en raison des circonstances, de la liberté, du poids du péché originel. Que dire lorsque s'ajoutent à ces aléas la différence génétique entre les parents et l'enfant, ainsi que la blessure affective qui a frappé ce dernier, même s'il l'ignore provisoirement, du fait de la mort de ses parents ou de leur abandon ! L'adoption est donc souvent le fruit d'une grande générosité qui, ne s'arrêtant ni aux obstacles, ni aux déceptions, veut donner de l'amour et un vrai foyer à un enfant déshérité par le sort.

Or c'est précisément ce qui nous arrive, mais à un degré infiniment supérieur, lors de l'adoption divine dont nous sommes gratifiés en Jésus- Christ. Ce dossier sur l'adoption est donc l'occasion de nous émerveiller de nouveau devant cette charité divine à notre égard, qui dépasse infiniment tout ce que les parents adoptifs humains, même les plus généreux, ont jamais pu accomplir en faveur de l'enfant qu'ils accueillent à leur foyer. Car Dieu n'avait nullement besoin de nous pour être pleinement fécond et infiniment heureux.

Nous ne lui apportons rien : c'est uniquement pour déverser gratuitement sur nous la surabondance de sa bonté que le Père a voulu nous appeler à partager son bonheur par la filiation divine.

Ensuite, le prix qu'a payé Dieu pour réaliser ce plan d'amour dépasse infiniment les difficultés que peuvent rencontrer des parents humains dans une adoption. Le Seigneur, pourtant gravement offensé par le péché, a en effet choisi d'en payer lui-même le prix. Et c'est pour nous mériter l'adoption divine que le Fils unique s'est fait chair, qu'il a habité parmi nous et qu'il a voulu subir une Passion ignominieuse, versant pour notre salut jusqu'à la dernière goutte de son sang.

Enfin, si les parents qui adoptent donnent à l'enfant qu'ils accueillent leur nom, leur amour, leur héritage, leur maison, leur parenté, ils ne peuvent changer sa nature : cet enfant n'est pas né d'eux, il n'a pas les mêmes gènes, la même physionomie. Au contraire, Dieu est si bon et si puissant que, par l'adoption qu'il nous confère en Jésus-Christ, il transforme par sa grâce notre être même, nous divinisant, nous rendant semblables à lui.

Jamais, de notre propre chef, nous n'aurions osé imaginer ou revendiquer ce qu'affirme nettement la Parole de Dieu sous la plume du Prince des Apôtres : « Dieu vous a donné les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine. » (2 P 1, 4)

Soyons donc toujours dans l'action de grâce, nous souvenant (Tt 3, 4-7, épître de la deuxième messe de Noël) que « la bonté et l'amour de notre sauveur Dieu se sont manifestés, (...) non à cause de nos bonnes oeuvres mais par sa miséricorde, (...) afin que nous devenions héritiers en Jésus-Christ Notre-Seigneur ».

Abbé Régis de Cacqueray †, Supérieur du District de France

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Messes dans l'Océan Indien Oct.-Nov.
La Réunion
L'Île Maurice


Le mois du rosaire
Prier le rosaire avec les saints et les peintres gothiques italiens,
abbé P. Toulza


Catéchisme n° 104
Le 8ème commandement


Nouvelles parutions
Saint-Nicolas - Le Chardonnet - Lumières dans la tempête, abbé Pierpaolo Petrucci
Unieux - Le Pelican Les catholiques de plus en plus perplexes,
abbé Pierre Barrère

Marseille - L'Acampado n° 141 - Deux encycliques à lire et à relire pour la conduite des chefs, abbé X. Beauvais
Lettre de "Missions" d'oct. 2018 : Russie, Liban, Chine, Sri Lanka
Apôtres aux Antilles n° 02 - « Sacerdos alter Christus » : le prêtre est un autre Christ, par l'abbé Michel Frament
Le Sainte-Anne n° 306 d'oct. - Paul VI et Vatican II, abbés Legrand et Gaudray
Le Petit Eudiste n° 208 d'octobre 2018 : Apologie de la Messe en semaine, abbé Philippe Nansenet
Couronne de Marie n° 68 - Tempête dans sa propre congrégation, par l'abbé Thouvenot

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Mercredi 17 octobre 2018
08:16 18:56

  Suivez notre fil RSS