La moitié des prêtres du diocèse d’Arras a plus de 80 ans

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Le diocèse d’Arras représente un cas emblématique, mais malheureusement pas unique, du vieillissement inéluctable du clergé en Europe. Il devrait être l’occasion pour les évêques de se poser les bonnes questions, plutôt que de pratiquer une politique de l’autruche, équivalent à un véritable suicide.

Mgr Olivier Leborgne a été nommé évêque d’Arras (Pas-de-Calais), en octobre 2020. Sur le site Actu.fr du 27 avril 2021, il avoue, face à la crise des vocations et à la déchristianisation : « J’ai le vertige, c’est déstabilisant, mais je ne suis pas inquiet », en précisant « n’avoir jamais cru au mythe de l’âge d’or. On navigue entre la nostalgie de ce qu’on n’a jamais été et le fantasme de ce qu’on ne sera jamais ! »

Mais il ajoute : « Attention au déni de la réalité. Oui, c’est compliqué. Ce diocèse compte la moitié de ses prêtres de plus de 80 ans ». L’évêque annonce : « Je ne gérerai pas dans la psychose de la régression ! Arrêtons de pleurer et changeons de regard. »

Pour cela, il a sa méthode : « J’ai en tête cette phrase de saint Paul : “Aucun des dons de Dieu ne vous manque”. Cela veut dire que tout est déjà là ! A moi de le repérer. On a peut-être des trésors à déterrer. Pour cela, j’ai besoin de “truffiers” ! », dit-il en souriant.

Envisage-t-il que la tradition bimillénaire pourrait bien être ce trésor enfoui depuis quelques décennies ? Ce n’est pas certain.

Mgr Leborgne affirme : « La crise des vocations est d’abord la crise de l’engagement. Si on pense pallier le nombre de prêtres en redéployant ses missions sur les laïcs ; on se trompe. D’abord, la crise de l’engagement touche aussi les laïcs. Quand on a une responsabilité depuis 40 ans sans relève, il faut s’inquiéter. »

Cette inquiétude est un aveu : pas plus de relève chez les laïcs que chez les prêtres.

Dès lors, quelles solutions ? Mgr Leborgne déclare : « On doit redécouvrir ce qu’est un prêtre, ce n’est pas celui qui gère tout. Le déploiement de la responsabilité baptismale est une évidence, mais avec des missions confiées à des laïcs qui pourraient surprendre… »

Et de reconnaître l’intérêt qu’il porte au projet pastoral lancé dans le diocèse de Reims par Mgr Eric de Moulins-Beaufort, sur le thème « en route pour la mission ! » On propose ainsi des missions itinérantes, des équipes de missionnaires diocésains, des fraternités de proximité… Beaucoup de mots, mais pour quelle réalité ?

Mgr Leborgne dit ne pas vouloir « gérer dans la psychose de la régression », mais on craint qu’il ne soit réduit à gérer la pénurie.

Statistiques du diocèse d'Arras

Les chiffres sont ceux officiels des Annuaires Pontificaux édités par la Librairie Editrice du Vatican.

Le diocèse d’Arras a connu depuis l’application des principes désastreux du concile Vatican II (1962-1965) une chute vertigineuse. La dénaturation de la doctrine catholique jointe à la nouvelle liturgie néo-protestante ont conduit inévitablement à ce désastre foudroyant. Les chiffres parlent d’eux-mêmes…

Source : Fsspx.Actualités/Catholic-hierarchy/Annuario Pontificio

Illustration : Olivier LPB, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

fraternité sainte pie X

Articles en relation