logos-lpl-separator-blc

Communiqué de l’ACIM du 26 mai 2008

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Clotilde Bur – Infirmière

Lire nos reportages sur la Mission Rosa Mystica des Philippines.

Rosa Mystica ! Une « gigantesque organisation » dont tous les abonnés aux Cahiers Saint Raphaël ont maintenant entendu parler ! Le CSR 88 était consacré à la narration de la grande mission médicale d’août dernier ! Il expliquait également que la mission continuait toute l’année grâce aux dons financiers, et grâce à une petite équipe de Philippins dont le chef est Yolly Gamutan, une charmante infirmière, auparavant secrétaire du doyen de la Faculté de Médecine, un Américain du nom de Frère Bob.

Mais quand j’ai décidé de venir aider à cette mission, en septembre dernier, je n’en savais pas plus que cela ! Beaucoup de gens me demandaient alors :
– Mais que vas-tu faire concrètement ?
– A vrai dire, je n’en sais trop rien, juste aider, nous verrons bien !
Je reconnais que cela ne faisait pas très sérieux !
J’ai donc maintenant la joie d’être aux Philippines depuis 3 mois, et je devrais normalement y rester jusqu’à la mission d’aout ! Certains d’entre vous ont certainement déjà visité le blog que j’ai créé pour raconter comment cela se déroulait à Général Santos (GenSan) au sud de l’Ile de Mindanao. Mais je voudrais vous donner ici un peu plus d’informations sur ce qu’est réellement « la mission Rosa Mystica » !

Le but le plus visible de Rosa Mystica est évidement humanitaire ! Vous imaginez une petite maison au sein des quartiers pauvres, quelques bureaux, quelques livres, une imprimante, des « papiers », quelques ordinateurs, et…des gens : Yolly la secrétaire, Judith la libraire, Marie-Ca la comptable, Kits le cuistot, et beaucoup d’autres (étudiants, infirmiers, autres professionnels, chômeurs…) qui viennent aider pour tous les menus travaux !

Sur le portail on peut lire :

ACIM ASIAAssociation catholique des infirmiers et des médecins

Pas de publicités ! Tout semble très modeste ici ! D’ailleurs quand je suis arrivée je croyais trouver une « grande » organisation ! Mais non !

La première impression quand on arrive à « l’office » (bureau) d’ACIM Asia : « c’est çà … ».

Et pourtant, au fil des jours, j’ai vu débarquer ici toutes sortes de gens : il faut expliquer. L’office est ouvert de 8h à 17h : toute personne pauvre ayant des problèmes de santé peut venir nous voir et demander de l’aide.

Nous voyons donc arriver des gens avec des ordonnances de médicaments qu’ils ne peuvent pas payer, des gens qui voudraient bien aller se faire soigner mais qui ne peuvent pas, faute de moyens.

Mais ces gens ne viennent pas en général pour un simple mal de tête ou un petit bobo, ici, tout est beaucoup plus grave : la simple fièvre ou le coup de froid peut se révéler être la dengue. Nous trouvons beaucoup de difformités type bec de lièvre, goitres ; ce sont également des blessures, un enfant atteint de folie, des cancers, des faiblesses dues à un manque de protéines et vitamines, des hydrocéphalies… Nous avons également des maladies chroniques à type de diabète, maladies cardiaques, insuffisance rénale …

Ainsi, quand nous avons l’argent, ou quand nous avons directement les médicaments à l’office, nous fournissons à ces personnes de quoi se soigner. Ou nous les envoyons chez des médecins qui travaillent avec nous en réseau ou font payer moins cher et qui reçoivent des médicaments de la mission.

Savoir écouter

Vous pourriez déjà me dire, quelle belle mission vous menez là ! Mais des missions de ce genre on en trouve des centaines aux Philippines, elles sont protestantes, franc-maçonnes, laïques ou autres … et elles font plus de bruits car elles font plus de choses, ayant plus d’argent, de sponsors, de soutiens.

Et pourtant, beaucoup de patients viennent à la mission Rosa Mystica ! Pourquoi ?

Quand je suis arrivée ici, je ne comprenais pas qui étaient les personnes qui venaient, s’asseyaient là parfois pendant plusieurs heures, écoutaient, souriaient…et repartaient ! Qu’est-ce à dire ? La raison, vous l’avez sans doute déjà devinée, c’est que nous sommes catholiques traditionalistes. Lors d’une discussion avec Yolly, elle me disait :

« Clotilde, tu dois comprendre que notre première mission ici n’est pas strictement humanitaire. Les gens sont certes très pauvres et ne peuvent pas se payer des soins. Mais nous ne sommes également pas très riches, les soins médicaux coûtent très chers dans ce pays, et nous ne pouvons pas aider tout le monde ! Parfois nous ne pouvons rien faire ! Les gens le savent ! C’est pourquoi, ce ne sont pas que les soins qu’ils viennent chercher ici, c’est surtout, le soutien religieux, le sourire, la charité ! »

Le diable derrière la porte

Et même, certaines personnes viennent ici alors qu’elles ne sont pas malades physiquement, mais plutôt psychologiquement ! C’est pourquoi elles restent là, observent, sourient, et un jour, le déclic ! Et nous avons la joie d’une conversion ! Ces personnes sont soit des anciens patients, soit des amis ou de la famille de patients soit … des personnes qui viennent soi-disant pour nous aider !

Et c’est là le rôle le plus important et le plus dur je dirais ! Car les Philippins sont suspicieux. Il faut d’abord leur prouver que nous ne sommes pas le diable, car certaines personnes bien intentionnées ont susurré au peuple que les traditionalistes étaient des démons, et les sorciers sont nombreux aux Philippines.

A ce propos, j’ai une petite histoire qui vous fera sans doute bien rire mais qui est le quotidien ici.

Un étudiant infirmier venait tous les jours à l’office et s’asseyait sur une chaise juste en face d’une des chambres. Plusieurs fois Yolly lui demande ce qu’il désire. Rien ! Juste rester là. Yolly ne comprend pas trop mais laisse faire ! Et un jour miracle, il sourit, il lui demande à Yolly quand il peut venir à la messe avec un ami ! Explication : la porte de la chambre s’était enfin ouverte, et il avait vu qu’il n’y avait pas de démons dans la chambre !

Pendant tout ce temps d’approche, de mise en confiance, il faut montrer l’exemple, leur montrer la beauté de la religion catholique de nos ancêtres ! Et puis, bien sûr, il faut enseigner : c’est pourquoi nous avons un bibliothécaire et des livres ! Mais le principal travail se fait par la parole bien sûr ! Ce sont des longues discussions sur la religion, comment dire ses prières, l’imposition du scapulaire …

La formation religieuse

Et puisque nous sommes une mission médicale catholique, un des rôles importants d’ACIM ASIA reste la formation en matière d’éthique médicale catholique ! Nous avons régulièrement des meetings, des formations pour nous ou pour les étudiants infirmiers, de la part de prêtres ou de Yolly concernant l’éthique médicale ! Car ce n’est pas tout d’être contre l’avortement, l’euthanasie et la pilule…il faut savoir donner les bonnes raisons à ces pauvres gens qui parfois veulent avorter tout simplement parce qu’ils n’auront pas l’argent nécessaire pour prendre soin de l’enfant à venir !

C’est pourquoi, si on prend en compte le soin des corps et le soin des âmes, le travail à ACIM ASIA est gigantesque et merveilleux !

Heureusement pour nous aider dans cette tâche ardue, nous avons l’aide des « Apôtres de Marie ». Et parler de la mission Rosa Mystica, c’est également parler des Apôtres de Marie. Sans eux, la mission spirituelle d’ACIM ASIA serait compromise. Qu’est donc cette organisation ? Fondée par le Père Benoît (France) cette association se veut être la petite sœur du MJCF (Mouvement des jeunes catholiques de France) ! Même règles, même apostolat … Ils sont donc nombreux à la mission, et ne se contentent certainement pas de rester à l’office pour catéchiser les patients ! Nous faisons également des « sorties » dans les quartiers pauvres !

Apôtres des premiers siècles

Et là, on a vraiment l’impression de se retrouver aux premiers temps de l’Église : catéchisme dans les rues ! Avec toutes ces petites têtes qui apprennent tellement sérieusement, à faire le signe de la croix, les adultes tout autour, qui, mine de rien, viennent écouter le catéchisme des enfants ! Et pour les plus grands des enfants, des interrogations de catéchisme sur les vertus, les commandements, les péchés capitaux, la vie de Notre Seigneur … et c’est incroyable de voir comment tous ces petits savent leur catéchisme (mieux que certains Français, c’est sûr !)

Donc deux buts à la mission ! Spirituel et humanitaire ! Mais le deuxième conduit au premier ! C’est à partir de l’aide matérielle que nous arrivons à toucher les gens ! Bien sûr, pour nous catholiques, la mission spirituelle est la plus importante et la plus belle ! Mais cette mission ne se réalise qu’au travers de la mission humanitaire.

Un exemple : Ma’am Gloria, une infirmière qui aide beaucoup à la mission habite à côté de ce que nous appelons la squatter’s area (le quartier des squatters). Au départ, c’est une route ! Mais tous les sans-abris ont construit là des sortes de petites cabanes complètement insalubres qui leur servent de maisons. Ma’am Gloria, grâce à vos dons et à sa propre générosité à pu leur offrir de quoi soigner les maladies les plus graves ! Et puis, petit à petit, ces gens ont été attirés par la religion ! Et maintenant, les Apôtres de Marie font des cours de catéchisme là-bas, et nous y avons la messe de temps en temps ! Et les enfants se révèlent très doués en catéchisme :

ACIM ASIA est donc une mission spirituelle et humanitaire ! C’est une grande organisation qui a seulement commencé l’année dernière mais qui se développe à une vitesse incroyable ! Et savez-vous pourquoi ?

Grâce à toutes vos prières et à tous vos dons.

Au nom de toute l’équipe et au nom de tous nos patients, de tous ces gens qui nous aiment, Merci !

Clotilde Bur

Les dons pour ACIM ASIA doivent être envoyés au :

Dr Jean-Pierre Dickès
2, route d’Equihen
62360 St-Etienne-du-Mont

Il est rappelé que la totalité des dons est envoyé à la mission sans prélèvement de quelque nature que ce soit. D’autant qu’ACIM France prend en charge intégralement le fonctionnement
de sa petite sœur d’Asie. Tous les volontaires sont les bienvenus tout au long de l’année.

Pour tout savoir sur l’ACIM

le site de l’ACIM