logos-lpl-separator-blc

Communiqué de l’Acim du 30 janvier 2009

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

L’Association Catholique des Infirmières et Médecins (ACIM) se réjouit de la levée des excommunications fulminées en 1988 à l’encontre des évêques sacrés par Monseigneur Lefebvre. Notre association a toujours respecté scrupuleusement la doctrine morale de l’Eglise catholique et romaine dont elle se revendique, et l’a toujours défendue ; de même que la Fraternité Saint Pie X a toujours défendu la Tradition de l’Eglise face au relativisme ambiant dénoncé de multiples fois par le pape Benoit XVI. Ce dernier, ainsi que ses prédécesseurs, a toujours rappelé cette morale sur le plan médical et les règles qui découlent des commandements de Dieu. Notre attachement aux œuvres de Tradition toutes sensibilités confondues et particulièrement à la Fraternité Saint Pie X en a rebuté certains ; la levée des excommunications va très certainement permettre le développement et le rayonnement de notre action au sein d’un corps médical plutôt indifférent ou méfiant et auprès de communautés catholiques en recherche sur les questions de bioéthique.

Ceci dit, c’est avec effarement qu’à partir de cet évènement majeur nous assistons à un déchaînement de haine peu commune. Monseigneur Jacques Noyer, ancien évêque d’Amiens -et mon ancien professeur de philo- compare la position des traditionalistes à celle de Saül, le futur Saint Paul qui avant sa conversion persécutait les Chrétiens. En quoi les traditionalistes persécutaient-ils l’Eglise ? Etrange dialectique où l’on voit la victime devenir bourreau. Faut-il lui rappeler que les traditionalistes depuis 1970 ont été bannis des églises en raison de leur attachement à la messe de saint Pie V dont le pape Benoît XVI vient précisément de rappeler par son motu proprio du 7 juillet 2007 qu’elle n’avait jamais été abolie. ? Qu’il leur a fallu assister à la messe pendant 40 ans dans des granges, des garages, des salles de cafés, chez des particuliers, des arrière-cours ? Qu’ils étaient bannis du dialogue que prônait Vatican II ? Qu’ils étaient dénoncés par la presse catholique comme « intégristes » par assimilation au terrorisme islamiste ? Qu’ils étaient bannis des médias et salis par eux au même motif ? Que Monseigneur Noyer a lui-même persécuté notre ami, le cher abbé Sulmont pendant 30 ans. Et que ses propres ouailles traditionalistes du diocèse d’Amiens, sont encore à ce jour dehors des églises et assistent à la Messe en plain air par tous les temps faute de trouver refuge dans un des nombreux sanctuaires vides de la ville. Et puis tous ces vieux prêtres chassés et morts de chagrin comme j’en ai connu. Où donc est le persécuteur ? Faut-il lui rappeler que des propos non qualifiés sur le sujet ont vu dans les médias traiter Monseigneur Lefebvre et dans la foulée le Saint Père de sympathie envers la Shoah alors que le père de Monseigneur Lefebvre est mort en camp de concentration à Sonnenburg en Pologne durant la dernière guerre mondiale.

En ce qui concerne notre action, elle continuera tranquillement. Nous défendons la morale naturelle rappelée par tous les papes à contre-courant du politiquement correct, de la pensée unique et clonée. Et nous savons aussi que selon saint Jean, Jésus nous a prévenu : «S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront vous aussi ». Qu’importe car comme dit le Psalmiste : « Notre confiance est dans les mains du Seigneur ».

Dr. Jean-Pierre DICKES

Pour tout renseignement :

Dr Jean-Pierre Dickès
2, route d’Equihen
62360 St-Etienne-du-Mont

Pour tout savoir sur l’ACIM

le site de l’ACIM