Le Père Lamy – un itinéraire mystique et missionnaire

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Un apôtre zélé dans un siècle d’incrédulité.

Le Père Edouard Lamy (1853-1931) a traversé la fin du XIXe siècle et les trois premières décennies du XXe avec la simplicité des enfants de Dieu. Après avoir aidé son père à l’exploitation familiale et être entré chez les Oblats de Saint-François de Sales, il pensait renoncer au sacerdoce par humilité, lorsque saint Joseph lui apparut pour le conforter dans le projet d’être prêtre. Il sera ordonné en 1886. Car Edouard Lamy fut un familier des habitants du ciel.

La Vierge Marie lui apparut et le guida durant toute sa vie. Pieux dès son enfance, Edouard Lamy sera favorisé à plusieurs reprises de grâces célestes qui le maintiendront dans la paix, malgré les épreuves d’un ministère paroissial parfois ingrat à Saint-Ouen ou à La Courneuve en banlieue déchristianisée de Paris. Sans relâche ni découragement, il passera une bonne partie de sa vie à s’occuper de patronages pour la jeunesse et, dans les dernières années de sa vie, il préparera, non sans supporter de cruelles désillusions, une fondation religieuse destinée à de futurs prêtres, Les Serviteurs de Jésus et de Marie dont la maison de Chiry-Ourscamp dans l’Oise est la plus connue. Au début des années 1920, il se lie d’amitié avec Jacques et Raïssa Maritain et déploie son zèle dans le cercle des fréquentations de ces laïques missionnaires.

Grâce aux archives nombreuses mises à sa disposition et aux ouvrages du comte Paul Biver qui avait assisté et soutenu le père Lamy, l’historien Yves Chiron signe une belle biographie sacerdotale qui replace cet apôtre zélé dans les tourments d’un siècle rongé par l’incrédulité. L’auteur n’élude pas pour autant les difficultés rencontrées par son personnage : doutes de sa hiérarchie sur les faveurs célestes reçues, incompréhensions et tensions rencontrées avec le père Vladimir Ghika au sujet de leur projet commun de fondation religieuse ou encore l’échec cuisant des premières vocations de sa propre congrégation sacerdotale. A la lecture de l’ouvrage d’Yves Chiron, on comprend que le Père Lamy, zélé propagateur de la dévotion à la Vierge Marie, fut un exemple vivant de ceux que saint Louis-Marie Grignon de Montfort prophétisait comme les « apôtres des derniers temps. »

Editions Artège 2021. 424 pages 22,90 €

fraternité sainte pie X

Articles en relation