logos-lpl-separator-blc

Fideliter 244 – Deo gratias ! Le district de France est le fils aîné de la Tradition catholique, par M. l’abbé Christian Bouchacourt

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Deo gratias ! Le district de France est le fils aîné de la
Tradition catholique, par M. l’abbé Christian Bouchacourt

Les membres du chapitre général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X m’ayant désigné pour être second assistant de M. l’abbé Davide Pagliarani, nouveau supérieur général, il me faut donc quitter le district de France pour m’installer à Menzingen, maison générale de notre Fraternité.

Je ne voudrais cependant pas laisser le gouvernail de ce beau navire qu’est le district de France sans remercier tout d’abord la sainte Providence, mais aussi mes supérieurs qui m’ont fait l’honneur de me confier la responsabilité de ce district. Il n’y a pas de plus belle tâche que de s’occuper de prêtres et de les aider dans leur charge : un supérieur de district est avant tout le curé des prêtres qui lui sont confiés.

Le district de France de la Fraternité Saint-Pie X est, en effet, une oeuvre magnifique au service de la foi, de la Tradition, de l’Église. Les presque 170 prêtres qu’il compte, mais aussi les 35 frères, les 11 oblates, assistés par plus de 80 Soeurs de la Fraternité Saint- Pie X, constituent une phalange militante d’une valeur et d’une efficacité exceptionnelles.

Le district de France possède une vocation propre dans la Fraternité Saint-Pie X. Il est, si l’on peut dire, comme « le fils aîné de la Tradition catholique ». D’abord, il a donné à notre congrégation son fondateur : c’est pour chacun de nous un immense honneur, mais aussi un appel à être de dignes fils de Mgr Marcel Lefebvre. Ensuite, il lui a fourni un nombre notable de prêtres, de religieux, mais aussi de fidèles : même si certains districts, comme celui des États-Unis sont devenus au fil des années de plus en plus considérables, celui de France reste encore aujourd’hui, sans aucun doute, le plus important. Enfin, la France a vu éclore sur son sol de nombreuses congrégations religieuses amies.

Au terme de ces quatre années de ministère, je voudrais aussi exprimer ma gratitude aux deux assistants, les abbés Émeric Baudot et Loïc Duverger, qui m’ont entouré de leurs conseils et de leurs sages avis, qui m’ont soutenu dans les moments plus difficiles que nous avons pu traverser.

Ma gratitude va ensuite à tous les prêtres et frères du district, qui oeuvrent avec courage et zèle, chacun à leur poste, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes, dans nos prieurés et nos écoles. Je remercie aussi nos oblates et les membres du Tiers Ordre qui prient pour les prêtres et les soutiennent par leurs oeuvres dans la discrétion. Je voudrais exprimer aussi ma reconnaissance aux Soeurs de la Fraternité Saint-Pie X qui oeuvrent auprès des prêtres, dans nos prieurés et nos écoles primaires, avec un magnifique dévouement. Comme je voudrais qu’elles soient davantage connues ! Je remercie les Soeurs carmélites qui, dans le silence du cloître, nous soutiennent par leurs prières et leurs sacrifices. Ainsi que les religieuses dominicaines qui travaillent magnifiquement à former des générations de femmes catholiques, et les mères de famille dont notre France a tant besoin. Ma gratitude va aussi aux congrégations amies, nos frères d’armes que sont les communautés des capucins et des bénédictins, ainsi que les religieux et religieuses de la Fraternité de la Transfiguration. Sans oublier les religieuses dominicaines contemplatives, bénédictines, franciscaines, clarisses, et les petites Soeurs du Rafflay.

C’est vous enfin, chers fidèles de la Fraternité, de la Tradition, que je voudrais remercier d’une manière toute particulière, pour l’exemple que vous donnez chaque jour avec vos familles ; pour les sacrifices héroïques auxquels vous consentez dans l’éducation de vos enfants en ces temps difficiles que traversent l’Église et notre pays ; pour votre soutien matériel sans faille ; pour le secours constant de vos prières. Continuez avec vaillance à être le levain dans la pâte pour notre société qui ne cesse de s’affadir et de rejeter Notre-Seigneur ! Portez haut le drapeau sacré de notre sainte religion !

Pour tout cela, Deo gratias !

Je transmets donc le flambeau du district de France à M. l’abbé Benoît de Jorna, qui en fut le supérieur entre 1994 et 1996 et qui, lui aussi, quitta la France en cours de mandat pour assurer la direction du séminaire d’Écône, à la tête duquel il vient de passer vingt-deux ans. Il connaît ainsi la plupart des prêtres du district, qu’il a formés durant ces deux dernières décennies.

Que le Christ-Roi règne sur ce magnifique district de France et que Notre-Dame veille sur vous tous ! J’emporte, croyez-le bien, chacun de vous dans mes prières, et me recommande aux vôtres.

Que Dieu vous bénisse !

Abbé Christian Bouchacourt †, Supérieur du District de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Sources : Fideliter n° 244 dejuillet-août 2018 – La Porte Latine du 10 juillet 2018

Abbé Christian Bouchacourt

FSSPX Second assistant général

Né en 1959 à Strasbourg, M. l'abbé Bouchacourt a exercé son ministère comme curé de Saint Nicolas du Chardonnet puis supérieur du District d'Amérique du Sud (où il a connu le cardinal Bergoglio, futur pape François) et supérieur du District de France. Il a enfin été nommé Second Assistant Général lors du chapitre électif de 2018.