logos-lpl-separator-blc

I – Les Églises de rite alexandrin – L’Eglise copte : histoire, par M. l’abbé Daniel Sabur

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Saint Marc, fondateur de l’Eglise copte

1 – Histoire

Les Coptes sont natifs d’Égypte. Ils descendent de ces anciens égyptiens que, par abréviation, les arabes dénommèrent « gupt », terme dont est dérivé le mot « copte ».

Dès l’origine, ils dépendaient du patriarche d’Alexandrie et observaient en grec la liturgie alexandrine, dite de saint Marc. Mais au Ve siècle, lors de l’apparition du monophysisme, leur patriarche, Dioscure, sympathisa avec la nouvelle hérésie et refusa même de se soumettre aux décisions du concile de Chalcédoine en 451.

Le monophysisme (du grec monos, unique, et physis, nature), doctrine d’Eutychès, archimandrite de Constantinople, prétendait qu’il n’y avait qu’une seule nature en Jésus-Christ, la nature humaine ayant été absorbée par la nature divine dans l’union en une seule et unique personne. Cette hérésie s’opposait au nestorianisme qui enseignait au contraire qu’il y avait non seulement deux natures dans le Christ, mais aussi deux personnes. C’est en voulant combattre cette erreur qu’Eutychès, refusant d’admettre le magistère infaillible de l’Église, se laissa emporter dans la doctrine opposée.

Avec son chef, la majorité de l’Église d’Égypte s’éloigna du catholicisme, adhéra à l’hérésie et, de nos jours, l’Église nationale d’Égypte demeure dans le schisme, le modernisme l’empêchant de revenir à l’unité romaine.

Au cours des XIVe et XVe siècles, diverses tentatives furent faites pour rapprocher de Rome l’Église copte ; ce fut sans succès notable ou définitif. Au XVIIe siècle, les franciscains parvinrent à grouper quelques conversions et, en 1739, l’évêque copte, Athanase de Jérusalem, qui résidait au Caire, rallia le catholicisme et fut nommé vicaire apostolique de la petite communauté de fidèles, quelque 2.000 âmes.

Il faut attendre le XIXe siècle pour voir ce mouvement prendre quelque essor. En 1895, Léon XIII crée deux diocèses, à Minya et à Thèbes, et rétablit, pour l’évêque résidant au Caire, le titre de patriarche catholique copte d’Alexandrie. L’évêque Cyrille Macaire bénéficia le premier de cette dignité. En 1960, on comptait 80.000 fidèles. En 2005, on estimait cette population à plus de 250.000.

Aujourd’hui, l’Église copte catholique compte sept diocèses. Quant à l’Église copte orthodoxe, son patriarche est à Alexandrie. On y compte 15.000.000 de fidèles, répartis en 62 diocèses, et dans plusieurs pays.

Abbé Daniel Sabur, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Source : La Porte Latine, rubrique « Histoire de l’Eglise »

Suite de l’histoire des Eglises d’Orient

I – Les Églises de rite alexandrin – L’Eglise copte : la liturgie, par M. l’abbé Daniel Sabur

fraternité sainte pie X