Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Synode et subversion, abbé Patrick de La Rocque - 13 novembre 2014

Accès aux aberrations liturgiques dues à Vatican II
Accès aux archives sur l'apologètique
Accès aux documents sur la disputatio sur La Porte Latine
Accès aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Rubrique consacrée au pape François élu sur le trône de saint Pierre le 13 mars 2013

Synode et subversion,
abbé Patrick de La Rocque - 13 novembre 2014

Accès au dossier sur les divorcés-remariés et le synode sur la famille

«Indigne, honteux, et complètement erroné » ; « document inacceptable qui s'écarte de l'enseignement de l'Église sur le mariage » ; et d'en appeler publiquement au pape pour que « le Vicaire du Christ confirme les fidèles dans la foi et la pratique du mariage catholique ».

Pour une fois, de telles réactions n'émanent pas seulement de la Fraternité Saint-Pie X, mais du Cardinal Müller (préfet de la Doctrine de la Foi), de Mgr Gadecki (Président de la conférence épiscopale de la Pologne) et du cardinal Burke (préfet de la Signature Apostolique). C'est dire la gravité de la situation…

Il faut dire que le document intermédiaire du synode sur la famille, publié ce 13 octobre, n'y va pas par quatre chemins pour remettre en cause la doctrine et la pratique de l'Église. Forte de la pestilentielle théorie de la « gradualité », le mariage y est présenté non plus comme la norme, mais comme l'idéal de l'union d'amour humain, idéal vers lequel tendent par nature les autres types d'union libre, qu'elles soient hétérosexuelles ou même homosexuelles. Aussi le document invite-t-il à mettre en exergue les éléments positifs présents en ce type d'unions (n° 36- 39). Dès lors, « les personnes homosexuelles ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne » (n° 50) et on reconnaît qu'en leur union bien souvent, « le soutien réciproque jusqu'au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires » (n° 51). Nous sommes de même invités à « comprendre la réalité positive des mariages civils et, compte tenu des différences, des concubinages » (n° 36). L'Église est là pour accueillir ces éléments positifs, en prendre soin et les entourer de sa miséricorde affectueuse.

 

La subversion à l'oeuvre

Et le pape, en tout cela ? Au matin de la publication de ce document, comme pour répondre par avance à l'inévitable levée de boucliers des cardinaux, il invitait en son sermon matinal à ne pas rester enfermé dans ses propres « idées » pour s'ouvrir aux « surprises » de Dieu. Il y dénonçait l'attitude des docteurs de loi qui « ne comprenaient pas les signes du temps parce qu'ils étaient trop enfermés dans un système […] Ils avaient très bien élaboré la loi, un chef-d'oeuvre. Tous les juifs savaient ce qui pouvait se faire et ce qui ne pouvait se faire, jusqu'où on pouvait aller. Tout était prévu. » Mais, ajoutait le pape, pour ces mêmes docteurs de la loi, Jésus apparaissait comme « dangereux » parce que « la doctrine était en danger ». Ils étaient « fermés », oubliant que « Dieu est le Dieu de la loi mais aussi le Dieu des surprises ». Et le pape François de conclure en posant la question : « Suis-je attaché à mes idées, suis-je fermé ? Ou suis-je ouvert au Dieu des surprises ? ». Tout est dit : opposition factice entre la loi décrite comme statique et donc mauvaise au regard d'un Dieu qui est vie d'un peuple inéluctablement progressiste parce qu'en marche…

En tout cela, nous nous trouvons face à une méthode subversive, dénoncée comme telle par le cardinal Burke : « L'information du Synode est manipulée de manière à ne mettre en relief qu'une seule thèse, plutôt que de rapporter fidèlement les différentes positions. » Dès le début, cette méthode – déjà à l'oeuvre au concile Vatican II et bien connue des récentes dictatures des pays de l'Est – a régulé l'organisation du synode sur la famille :

• ouverture donnée par le pape à un nouveau regard positif sur les homosexuels et à la possibilité de donner la communion aux divorcés remariés (interview du 28 juillet 2013) ;

• louanges appuyées du pape et répétées des mois durant de la figure de proue des nouvelles théories ruinant la famille, le cardinal Kasper ;

• convocation non pas d'un, mais de deux synodes sur le thème à un an d'intervalle, afin de laisser le débat « mûrir au sein du peuple de Dieu » : laisser le temps au temps, et à chacun la possibilité de s'adapter progressivement aux nouvelles thèses.

• questionnaire envoyé au monde entier, destiné à répandre la possibilité de ce nouveau questionnement. Certaines conférences épiscopales publieront leurs conclusions avant même le synode, celles qui sont en faveur des nouvelles thèses, bien sûr.

• nominations à la tête du synode de personnalités acquises aux nouvelles thèses, tel les cardinaux B. Forte et L. Baldisseri ;

• éviction du synode d'un maximum de voix discordantes ; ainsi, aucun professeur de l'Institut Pontifical Jean-Paul II n'est invité à y prendre part. Cet Institut, jusque-là considéré comme référence mondiale en matière familiale, ne partage pas les thèses nouvelles.

• nomination par le pape d'une commission de six personnes, toutes acquises aux nouvelles thèses, pour la rédaction de la Relatio du synode. Celle-ci ne représente donc pas comme à l'habitude l'avis du synode, réduit quant à lui au silence de par le huis clos imposé pour la circonstance. Suite au scandale provoqué par ce texte, la chose est même reconnue officiellement : « Ce document de travail ne présente pas l'opinion partagée par les pères synodaux. »

• appel à l'exception pour valider une pratique nouvelle : « Pour ce qui est de l'accès des divorcés remariés à la communion, on souhaite que la doctrine demeure ce qu'elle est, tout en envisageant des exceptions dans une perspective de compassion et de miséricorde. » etc.

Au vu de cette nouvelle révolution et quant au fond et quant à la forme, certains n'ont pu s'empêcher de se référer au concile Vatican II : « L'esprit du Concile souffle de nouveau », s'est réjoui le cardinal Luis Antonio G. Tagle. Et de fait ce synode, tout comme le Concile, se veut purement pastoral (Cal Erdö, rapporteur général). De plus, l'argument central avancé par les novateurs est puisé au coeur même de Vatican II, lorsqu'il s'était agi de justifier la nouvelle praxis oecuménique : la théorie de la gradualité.

 

Le principe moderniste de gradualité

Présentée en trois parties, « écouter, regarder, confronter », la Relatio intermédiaire du synode débute par une écoute sociologique du monde présent, puis consacre sa deuxième partie à un regard sur le Christ. Or cette deuxième partie, malgré son titre, n'est que l'exposé du principe de gradualité, avec référence explicite à Vatican II qui en usa au sujet de l'Église.

De quoi s'agit-il ? Pour Vatican II, l'Église du Christ subsiste (« subsistit in ») dans l'Église catholique ; elle y est présente en plénitude déployée, pourrait- on dire : tous les éléments constitutifs de l'Église y sont en effet présents, et ce de façon inamissible. Mais, parallèlement à cette affirmation – et là commence le principe de gradualité – le même concile considère que les autres communautés chrétiennes, bien que séparées de l'Église catholique, possèdent également certains éléments de salut qui de soi appartiennent à l'Église catholique, et sont donc autant de part d'ecclésialité. En un mot, l'Église n'y est plus considérée comme un tout entitatif, mais simplement numérique.

Comprendre la différence fondamentale entre un tout numérique et un tout entitatif se fait aisément à l'aide d'un exemple. Un bras humain est certes un élément du corps humain ; si je découvre non seulement un bras mais également une jambe, je possède davantage d'éléments du corps humain. Mais la possession de ces seuls éléments, voire la reconstitution de tous les éléments du corps d'un homme, ne me permet pas de dire que ce rassemblement constitue un homme vivant. Je n'aurais alors qu'un cadavre reconstitué, qui jamais ne fera un homme vivant. Je n'aurais qu'un tout numérique (tous les éléments du corps), nullement un tout entitatif (un homme réel, vivant). Pourtant, c'est ainsi que le moderniste décrit l'Église, comme un tout numérique ; si bien que la possession matérielle par les hérétiques de certains éléments qui dans l'Église catholique sont moyens de salut suffit à dire qu'il y a réellement part d'Église, et donc de salut, chez les hérétiques. Le protestantisme par exemple, du fait qu'il n'a pas rejeté la Bible, participe à ce qu'est l'Église, même s'il rejette la foi de l'Église. Il est donc respectable en lui-même, et les enfants du protestantisme sont véritablement enfants de Dieu, tout comme les fils de l'Église catholique. D'où les « degrés de communion » à la base de l'oecuménisme moderne.

Il ne reste plus qu'à appliquer ce même principe à l'amour humain. Sa forme parfaite, explique la Relatio intermédiaire du synode, se trouve sans aucun doute dans le mariage chrétien. Mais les autres formes de l'amour humain, dans la mesure où y est vécu tel ou tel élément constitutif du mariage chrétien, est à regarder positivement comme une réalité sacrée. L'Église se doit donc de respecter cet amour humain et d'en prendre soin (le fameux care anglo-saxon) pour le faire progresser autant que possible sur le chemin de l'amour idéal qu'est le mariage vécu sacramentellement. Ces éléments d'amour humain présents dans le mariage civil par exemple, sont « comme un bourgeon à accompagner dans son développement vers le sacrement de mariage » (n° 22). Or (mineure non explicitée par le document, mais utilisée comme telle), le bourgeon a déjà en soi la vie. Pourquoi donc ne pas alimenter cette vie par l'Eucharistie, dans le cas par exemple des divorcés remariés ? L'Église n'en a-t-elle pas le devoir, vu qu'elle doit prendre soin des éléments positifs présents dans l'union civile ?

 

Les enjeux du débat synodal

Les prises de position de la Relation intermédiaire, imposées subversivement aux membres du synode, ont fait réagir très fortement ces derniers, et c'est heureux. Sans doute ont-ils obtenu un document final moins scandaleux, mais qui ne ferme aucune porte aux nouvelles « aspirations », portes au contraire laissées grandes ouvertes.

Est-ce pour autant une victoire ? Je ne le crois pas. Car déjà le mal est fait, et c'est là toute la perversité de la méthode subversive utilisée. Aux yeux du monde, de par cette campagne savamment orchestrée, l'Église a déjà parlé. De plus, l'année qui va s'écouler avant la réunion du deuxième synode (octobre 2015) puis la nouvelle année nécessaire à la rédaction de la Lettre apostolique, seule décisionnaire, permettront à la praxis nouvelle de s'installer dans le peuple de Dieu, et le pape pourrait alors considérer que ce sont là des « signes des temps » venus avaliser son désir d'assouplissement. On aurait alors un beau rappel doctrinal des principes catholiques, mais avec une ouverture à une praxis différente, laissée à la conscience de chacun ou des Églises locales.

En quoi consisterait alors la véritable victoire ? Non pas à parer les effets tout en gardant intouchée la source de tous ces maux, mais à dénoncer – pour y renoncer – au principe de ces erreurs, le principe de gradualité. Alors pourra s'écrouler le château de cartes que le Concile a voulu bâtir en lieu et place de l'Église catholique. Le rejet du principe de gradualité entraînerait du même coup la mise à mort de la nouvelle ecclésiologie et de son oecuménisme délétère, mais aussi de la nouvelle théologie de la sacramentalité à la source de la nouvelle messe. Plus profondément, c'est la clé même du modernisme, l'immanence vitale, qui vacillerait : elle est au coeur du principe de gradualité.

De tout mal un bien peut donc sortir, dans la mesure où les instruments de Dieu se font dociles à toutes ses inspirations. C'est cela que nous attendons d'un cardinal Burke par exemple, et c'est à cette intention que nous prions pour lui.

Abbé Patrick de La Rocque

Extrait du Chardonnet n° 302 du mois de novembre 2014

 

 

Autres documents sur la pastorale des divorcés remariés

Confusion entretenue sur la situation des divorcés remariés - 14 mars 2014
La communion des divorcés remariés, abbé François Knittel - 14 mars 2014
La nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper, abbé Franz Schmidberger - 25 mars 2014
Déclaration de Mgr Bernard Fellay sur la nouvelle pastorale du mariage selon le cardinal Kasper - 12 avril 2014
Indissolubilté du mariage : la kasperite galopante est-elle contagieuse ? - 16 mai 2014
Annonce d'une possible scission dans l'Eglise : Mgr Athanasius Schneider - 30 mai 2014
Le mariage indissoluble en question, abbé François Knittel - Juin 2014
L'Eglise catholique est-elle à la veille d'un schisme ?, Professeur Roberto Mattei - 4 juin 2014
La controverse sur la communion des divorcés « remariés » s'amplifie - 1er août 2014
5 cardinaux préparent un livre en défense du Magistère traditionnel sur le mariage et la vie sacramentelle - 1er août 2014
La communion pour tous, abbé François Knittel - 04 aôut 2014
Concilier des anomalies : une herméneutique en matière de divorce et de remariage, par P-A McGavin - Sept. 2014
Mgr Johan Bonny, évêque d'Anvers, favorable à la communion des divorcés remariés - 5 septembre 2014
François est irrité : 5 cardinaux rappellent leur ferme position doctrinale avant le Synode sur la famille - 17 sept. 2014
Le cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, s'oppose à la communion des divorcés remariés - 18 sept. 2014
Interview du cardinal Kasper: « Ils veulent la guerre au Synode, c'est le Pape qui est visé » - 18 sept. 2014
Le manifeste des cinq cardinaux et la réponse de Kasper, par Andrea Tornielli - 18 sept. 2014
Divorcés remariés : Demeurer dans la vérité du Christ – Extraits - 26 septembre 2014
Un synode baillonné. Pourquoi ? par Marco Tossati - 03 octobre 2014
Rapport du Cardinal Peter Erdö, rapporteur du Synode extraordinaire sur la famille -13 octobre 2014
Synode sur la famille - Mot du Supérieur du District de France - Commentaires de DICI - 14 octobre 2014
Synode sur la famille : une révolution doctrinale sous un masque pastoral - DICI du 14 octobre 2014
Synode sur la famille : le cardinal Müller dénonce un rapport indigne, honteux et falsifié - 14 octobre 2014
Rapport d'étape du synode sur la famille : analyse critique, par Jeanne Smits - 14 octobre 2014
Synode : et la communion pour les polygames ? - 15 octobre 2014
Résister à la tendance hérétique - La relatio du card. Erdö efface d'un coup le péché et la loi naturelle, R. Mattei - 16 octobre 2014
La véritable histoire de ce synode. Le metteur en scène, les exécutants, les assistants - 17 octobre 2014
Remariage des divorcés, concubinage, homosexualité : vers quoi se dirige le Vatican après le quasi coup d'État réalisé par le pape ? - 15 octobre 2014
Le synode ouvre une crise dans l'Eglise, par Jean-Marie Guenois - 21 octobre 2014
Synode sur la famille - Mgr Paglia : le changement est en route et on ne revient pas en arrière, par G. Galeazzi - 22 octobre 2014
Synode sur la famille : la patiente révolution de François, par Sandro Magister - 24 octobre 2014
Synode sur la famille : paragraphes rejetés mais maintenus, abbé Alain Lorans - 24 octobre 2014
Cardinal Burke: " Nombreux sont ceux qui ont l'impression que le vaisseau de l'Église a perdu sa boussole" - 30 oct. 2014
Mansuétude de l'Eglise : réponse de l'abbé Fr. Knittel au P. Paul-Anthony McGavin - 03 novembre 2014
Après le Concile, le Synode, abbé Christian Bouchacourt - 05 novembre 2014
Le pape François règle ses comptes : une véritable chasse aux sorcières à la Curie ! - 11 novembre 2014
Peut-on donner l'absolution à un divorcé remarié ?, abbé Claude Barthe in L'Homme Nouveau - 12 novembre 2014
Le synode des évêques du 5 au 19 octobre 2014, par l'abbé Philippe Toulza - 27 novembre 2014

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Messe et retraite
Océan Indien
en octobre 2017

11 au 16 oct. messe à Madagascar
17 au 21 octobre, retraite spirituelle
à La Réunion


Catéchisme n° 77
La loi, définition


Bulletins et revues
Montgardin - Le Petit Echo de N-D : 800 ans de la Custodie de Terre Sainte
La Malle aux Mille Trésors n° 59 de septembre-octobre
Foyers Ardents : Merci à nos maris,
par M. du Tertre;
le quinze août, par
le Père Joseph

Fideliter 238
La correspondance inédite d'un prêtre
fidèle

Courrier de Rome - Ordre de Malte (Pr. Pasqualucci); Sola scriptura (Abbé Citati)
Vers les sommets - Ton mot d'ordre :
Piété, abbé Gérard

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Samedi 23 septembre 2017
07:41 19:45

  Suivez notre fil RSS