Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Un nouveau magistère, par l'abbé Jean-Michel Gleize - 1er juillet 2013

Accès aux aberrations liturgiques dues à Vatican II
Accès aux archives sur l'apologètique
Accès aux documents sur la disputatio sur La Porte Latine
Accès aux compromissions des hommes d'Eglise avec les ennemis du Christ
Accès à Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Un nouveau magistère,
par l'abbé Jean-Michel Gleize - 1er juillet 2013

Y-a-t-il aujourd’hui dans l’Eglise un nouveau magistère, plus précisément, deux conceptions du magistère ?

1. Il semblerait à première vue que non. Premièrement, le Christ dit lui-même dans l’Evangile (Mt, 23, 8) que nous n’avons qu’un seul Maître. Ce Maître est le Verbe Incarné, dont le vicaire ici-bas est le successeur de saint Pierre. Et le Christ qui est Dieu ne saurait autoriser chez son vicaire une dualité qui serait fatale à l’exercice de son propre magistère divin.

2. Deuxièmement, le décret Unitatis redintegratio explique la démarche de l’œcuménisme en des termes qui ne laissent apparemment place à aucun changement dans la définition du magistère. « Rien n’est plus étranger à l’œcuménisme », est-il dit, « que ce faux irénisme qui altère la pureté de la doctrine catholique et obscurcit son sens authentique et assuré »  .

Participant à une rencontre entre théologiens catholiques et protestants à Harvard, durant le concile Vatican II, le cardinal Béa, premier président du Secrétariat Pontifical pour l’unité des chrétiens, s’expliquait ainsi :

« Avant tout l’enseignement fondamental de l’Eglise catholique ne sera pas changé. Un compromis sur des points de foi qui ont déjà été définis est impossible. Il serait franchement injuste, vis-à-vis de nos frères non-catholiques, de soulever de faux espoirs de cette nature. Et il n’y a pas de possibilité que l’Eglise – même dans son zèle pour une éventuelle union – puisse jamais se satisfaire d’une reconnaissance des seuls dogmes essentiels ou qu’elle renverse ou retire les décrets dogmatiques rédigés au concile de Trente. Il serait aussi simplement malhonnête de suggérer qu’il y ait quelque vraisemblance à ce que les dogmes de la primauté et de l’infaillibilité du pape soient révisés. L’Eglise a proclamé toutes ces doctrines comme étant de foi, c’est à dire comme des vérités révélées par Dieu lui-même et nécessaires au salut. Précisément, à cause de ces déclarations solennelles, faites sous la conduite de l’Esprit-Saint, l’action de l’Eglise dans ce domaine est sévèrement limitée. Elle doit garder ces vérités, les expliquer, les prêcher, mais elle ne peut les compromettre. Car l’Eglise fondée par le Christ ne peut falsifier la Parole de Dieu, que Dieu a prêchée et confiée à son soin. Elle doit humblement se soumettre à Celui à qui elle est inaltérablement unie ».  .

3. Troisièmement, dans l’Encyclique Mysterium fidei, le pape Paul VI condamne clairement une conception relativiste et évolutionniste du magistère, en des termes qui sont exactement repris du concile de Trente et du concile Vatican I.

« Au prix d’un travail poursuivi au long des siècles, et non sans l’assistance de l’Esprit Saint, l’Église a fixé une règle de langage et l’a confirmée avec l’autorité des Conciles. Cette règle a souvent donné à l’orthodoxie de la foi son mot de passe et ses enseignes. Elle doit être religieusement respectée. Que personne ne s’arroge le droit de la changer à son gré ou sous couleur de nouveauté scientifique. Qui pourrait jamais tolérer un jugement d’après lequel les formules dogmatiques appliquées par les conciles oecuméniques aux mystères de la Sainte Trinité et de l’Incarnation ne seraient plus adaptées aux esprits de notre temps, et devraient témérairement être remplacées par d’autres ? De même on ne saurait tolérer qu’un particulier touche de sa propre autorité aux formules dont le concile de Trente s’est servi pour proposer à la foi le mystère eucharistique. C’est que ces formules, comme les autres que l’Église adopte pour l’énoncé des dogmes de foi, expriment des concepts qui ne sont pas liés à une certaine forme de culture, ni à une phase déterminée du progrès scientifique, ni à telle ou telle école théologique ; elles reprennent ce que l’esprit humain emprunte à la réalité par l’expérience universelle et nécessaire ; et en même temps ces formules sont intelligibles pour les hommes de tous les temps et de tous les lieux. On peut assurément, comme cela se fait avec d’heureux résultats, donner de ces formules une explication plus claire et plus ouverte, mais ce sera toujours dans le même sens selon lequel elles ont été adoptées par l’Eglise : ainsi la vérité immuable de la foi restera intacte tandis que progressera l’intelligence de la foi. Car comme l’enseigne le premier concile du Vatican, dans les dogmes sacrés « on doit toujours garder le sens que notre Mère la sainte Église a déclaré une fois pour toutes et jamais il n’est permis de s’en écarter sous le prétexte spécieux d’intelligence plus profonde  » »  .

4. Quatrièmement, le pape Jean-Paul II affirme la même idée dans l’Encyclique Ut unum sint :

« En reprenant une idée que le Pape Jean XXIII avait exprimée à l’ouverture du Concile, le décret sur l’œcuménisme fait figurer la manière de formuler la doctrine parmi les éléments de la réforme permanente. Dans ce contexte, il ne s’agit pas de modifier le dépôt de la foi, de changer la signification des dogmes, d’en éliminer des paroles essentielles, d’adapter la vérité aux goûts d’une époque ou d’abolir certains articles du Credo sous le faux prétexte qu’ils ne sont plus compris aujourd’hui. L’unité voulue par Dieu ne peut se réaliser que dans l’adhésion commune à la totalité du contenu révélé de la foi. En matière de foi, le compromis est en contradiction avec Dieu qui est Vérité. Dans le Corps du Christ, lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie (Jn 14, 6), qui pourrait considérer comme légitime une réconciliation obtenue au prix de la vérité ? »  .

5. Malgré tout, nous sommes bien obligés de constater qu’une nouvelle idée du magistère se fait jour, à travers des faits importants unanimement constatés. Premièrement, les fruits du concile peuvent se résumer dans le fait d’une protestantisation généralisée et d’une apostasie silencieuse, dénoncée par les autorités de l’Eglise.

6. Deuxièmement, les textes majeurs du concile Vatican II énonçant la doctrine de la liberté religieuse (Dignitatis humanae, n° 2), de la collégialité (Lumen gentium, n° 22) et de l’œcuménisme (Lumen gentium, n° 8 et Unitatis redintegratio, n 3) sont contraires à la Tradition.

7. Troisièmement, l’unanimité avec laquelle ces deux faits sont constatés constitue elle aussi un argument.

8. Ceci nous conduit au moins à nous poser légitimement la question. Mais pour être claire et convaincante, la réponse à cette question représente un aboutissement, et se situe au terme logique d’un exposé qui doit se décomposer en cinq articles. Celui-ci doit commencer par montrer qu’il y a d’abord : premièrement, deux conceptions de la révélation ; deuxièmement, deux conceptions de l’Eglise ; troisièmement deux conceptions de la Tradition ; quatrièmement, deux conceptions de l’unité. Et enfin : deux conceptions du magistère. Tels seront donc les cinq points entre lesquels se répartira notre propos.

1) Premièrement, la révélation divine est-elle la parole de Dieu ?

2) Deuxièmement, l’Eglise est-elle la gardienne et la maîtresse de la parole de Dieu ?

3) Troisièmement, la Tradition est-elle la transmission vivante de la parole de Dieu ?

4) Quatrièmement, l’unité de la Tradition est-elle une continuité ?

5) Cinquièmement, la définition du magistère a-t-elle changé avec Vatican II ?

Abbé Jean-Michel Gleize

Source : Vatican II en question du 01/07/13

 

 

Notes

1 – Reprise de l’exposé donné lors du XIe Congrès du Courrier de Rome tenu à Paris le 5 janvier 2013 et publié dans les Actes de ce Congrès.
2 – UR, n° 11.
3 – Cité par Charles Morereod, Tradition et unité des chrétiens. Le dogme comme condition de possibilité de l’œcuménisme, Parole et Silence, 2005, p. 117-118, note 1.
4 – Paul VI, Encyclique Mysterium fidei du 03 septembre 1965, n° 24-25
5 – Jean-Paul II, Encyclique Ut unum sint du 25 mai 1995, n° 18.

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


XII° UDT FSSPX
12 au 16 août 2017
Servir la chrétienté
aujourd'hui


Nouvelles parutions
Soeurs FSPX :
fondation en Virginie
catéchisme, etc.,

Lettre aux amis de
l'oeuvre Ste-Jeanne de
Valois n° 04 d'avril


Les camps d'été 2017
de la Tradition

Pour les garçons

de 8 à 14 ans,
du 2 au 8 juillet : Vox cantorum à La Peyratte

de 8 à 11 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 13 à 17 ans,
du 10 au 24 juillet
Moulins-Vichy

de 12 à 14 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 8 à 13 ans,
du 17 au 31 juillet
à Kernabat

de 14 à 17 ans,
du 17 au 31 juillet
en Armorique

du 30 juillet au 18 août à St-Bonnet
Le Château (42)

de 8 à 13 ans
du 1er au 17 août
à Unieux (42)

de 13 à 17 ans
du 10 au 24 août
au Portugal

de 14 à 17 ans,
du 5 au 21 août
Camp itinérant
à vélo Raid
Saint Christophe


Pour les filles
de 7 à 16 ans
du 6 au 15 juillet
en Bretagne

du 10 au 29 juillet
à St-Bonnet
Le Château (42)

de 15 à 18ans
du 12 au 22 juillet
à Will, en Suisse

de 7 à 16 ans
du 18 au 27 juillet
en Bretagne

A partir de 18 ans
du 7 au 11 août
stage de couture
à Ruffec (36)

A partir de 18 ans
du 4 au 8 septembre
stage de couture
à Ruffec (36)


Catéchisme n° 67
La rémission
des péchés


Messes en
avril 2017

Madagascar
Île de La Réunion
Île Maurice
Tanzanie


Centenaire apparitions
19-20 août 2017 :
pèlerinage de la
Tradition à Fatima

Circuit de la Vierge
Pèlerine en France

Place de bus pour le retour du pèlerinage


Croisade du Rosaire
15 août 2016
au 22 août 2017

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 300 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 23 avril 2017
06:46 20:54

  Suivez notre fil RSS