Pèlerinage national en l’honneur du Christ Roi à Mexico

Après une année d’absence, les pèlerins mexicains ont de nouveau proclamé publiquement la royauté de Notre Seigneur en plein cœur de la cité de Notre-Dame de Guadalupe.

Le cœur des fidèles étant fixé sur le devoir de transmettre ce qu’ils ont reçu et de redevenir des enfants pour entrer dans le royaume des cieux, la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X a organisé son 34e pèlerinage annuel en l’honneur du Christ Roi le 31 octobre 2021 à Mexico.

Après une année d’absence due à l’aléa sanitaire causé par le Covid 19, le pèlerinage annuel en l’honneur du Christ Roi a eu lieu le dimanche 31 octobre 2021.

1 600 fidèles de tous les prieurés du Mexique, 12 prêtres, plusieurs séminaristes et 5 religieuses oblates sont partis de la Plaza de Santo Domingo, au centre de la ville, jusqu’à la Basilique de Notre-Dame de Guadalupe, parcourant près de 10 km, et bravant la circulation habituelle à Mexico et le soleil de midi, pour proclamer publiquement la royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Après une visite à Notre-Dame de Tepeyac, les pèlerins se sont rendus au couvent des Franciscaines Mínimas et à l’Institut du Vénérable Père Juan González, pour assister à la sainte Messe, à l’issue de laquelle ils ont pris des rafraîchissements et un repos bien mérité.

Retour sur l’histoire du Mexique

Cinq cents ans se sont écoulés depuis la fin de la conquête espagnole des territoires de l’ancienne Tenochtitlan, moment à partir duquel, par la grâce de Dieu, la Croix de Jésus-Christ s’est établie dans toutes les couches et sphères de la société.

De cette Croix, que la société de la Nouvelle Espagne voyait s’ériger chaque jour sur les autels de tant d’églises, de chapelles et même de cathédrales, elle obtenait d’abondantes grâces pour son élan dans la lutte pour arracher le ciel.

C’est le début de la rédemption d’une société ancienne qui, bien que structurée socialement, politiquement et religieusement – elle possédait même la notion de sacrifice, bien que corrompue – était égarée, loin de la vérité et hors de la connaissance de la doctrine révélée par le Fils de Dieu.

Cependant, l’édifice de cette société, qui a persévéré et est resté non souillé par les hérésies formelles pendant environ 300 ans, a été sapé dans sa sécurité, ses murs et ses structures par les partisans de l’erreur, devenus les ennemis de l’Église, et donc de la société chrétienne.

Ils ont aboli les lois du gouvernement catholique en les remplaçant par des mesures arbitraires et scandaleuses rigoureusement appliquées et qui ont une répercussion dans les lois actuelles, totalement opposées à celles de Dieu.

Éducation laïque, expropriation des biens ecclésiastiques, persécution religieuse, usurpation de la monarchie espagnole par différentes formes d’organisation politique n’ont eu qu’un seul point commun : la lutte contre le règne de Dieu par une opposition totale au règne du Christ-Roi.

« Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité : quiconque est de la vérité écoute ma voix. » (Jn 18,37) Ces paroles de Jésus-Christ nous rappellent sa royauté. Il est Roi de de toute la création. Bien que les gouvernements modernes le nient.

C’était le but du pèlerinage : exalter le Christ-Roi avec la Vierge, ainsi que notre foi catholique, en reconnaissant que son royaume est bien là, et qu’il faut le laisser régner.

Le fondement de la Nouvelle Espagne, l’actuel Mexique, est Notre-Dame de Guadalupe, mère du Christ et notre mère. Elle est la fondatrice mystique de cette grande cité. Les âmes fidèles se sont tournées vers elle après la déclaration solennelle de ce règne social et universel.

Vive le Christ Roi !
Vive Sainte Marie de Guadalupe !
Vive le Mexique catholique !

Source : FSSPX.Actualidad – FSSPX.Actualités

Vidéo