Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Entretien avec l'abbé Knittel

 

Abbé François Knittel, Supérieur du District du Mexique
Septembre 2004

 

« La procession du Christ-Roi remise à l'honneur à Mexico »

 

 

La Porte latine : Quelles ont été les origines de l'apostolat de la Fraternité au Mexique ?

Abbé François Knittel : S'il est vrai que nous fêtons cette année les 20 ans de l'ouverture de la première maison de la Fraternité au Mexique en août 1984, il faut se souvenir que l'apostolat dans cette partie du monde avait déjà commencé dès la fin des années 70 à partir de l'Argentine et du sud des Etats-Unis.
Les fruits d'une des premières retraites prêchées par nos confrères au Mexique allèrent grossir les files des séminaristes du séminaire d'Argentine. Les bâtiments du séminaire de La Reja n'existaient pas encore et c'est dans le prieuré de Buenos Aires que nos vocations commencèrent leur formation ecclésiastique.

La Porte latine : Il nous semble que Mgr Lefebvre avait pu dans des circonstances rocambolesque visiter le Mexique au début de l'année 1981.

Abbé François Knittel : Exactement. Après une première tentative avortée, notre fondateur a pu pénétrer au Mexique grâce à un stratagème. Il bénéficia alors de la haute protection des forces de police mexicaine, car le voyage n'était pas sans risque. La tournée de Mgr Lefebvre le conduisit à visiter un certain nombre de groupes traditionalistes répandus dans tout le pays à Tlaxiaco, Tuxtepec, Cordoba, Orizaba, Mexico et Guadalajara. Des centaines de confirmations furent administrées lors de cette unique visite de Mgr Lefebvre au Mexique.


« Construction d'une vraie église à Mexico, Capitale fédérale du Mexique. »

La Porte latine : Y avait-il au Mexique une présence traditionaliste avant l'arrivée de la Fraternité ?

Abbé François Knittel : Bien sûr, un certain nombre de prêtres et de fidèles s'étaient déjà rendu compte de la révolution qui bouleversait l'Eglise et avaient commencé à résister. Malheureusement, la résistance au modernisme fut en grande partie stérilisée par la naissance du sédévacantisme.

Il faut savoir que cette opinion est née au Mexique au début des années 70 sous la plume du jésuite Saenz y Arriaga dans ses ouvrages La Nueva Iglesia Montiniana et Sede Vacante. Lorsque la Fraternité est arrivée au Mexique la quasi totalité des traditionalistes était sédévacantiste et ignorait qu'on put résister à l'aggiornamento conciliaire sans rejeter l'autorité du Souverain Pontife.
Cette tonalité sédévacantiste de presque tous les prêtres traditionalistes (certains d'entre eux « évêques » de la ligne Thuc) rendit impossible la collaboration avec les prêtres de la Fraternité. Nous avons donc été conduits tout naturellement à former nos propres groupes, à construire nos propres églises, à organiser nos propres retraites et camps de jeunesse, etc.

La Porte latine : Pour revenir à la fondation de 1984 : où se fit-elle ?

Abbé François Knittel : C'est à Zapotiltic, village de l'état de Jalisco, que l'Abbé Franz Schmidberger décida d'ouvrir notre première maison au Mexique. En effet, les Señoritas Isabel et Anita Contreras y avaient fait construire une maison sur un terrain de deux hectares. C'est là que s'installèrent nos deux fondateurs, les Abbés Giulio Tam et Ramon Anglès. Mais qu'étaient deux prêtres, sans permis de séjour légal, pour un pays de 80 millions d'habitants ? Devant l'immensité de la tâche, nos confrères commencèrent à visiter régulièrement tous les groupes, personnes et associations qui pourraient être intéressés par notre apostolat. Des liens se tissèrent, d'autres se défirent.

La Porte latine : Quand le District du Mexique a-t-il formellement été érigé par la Maison Généralice ?

Abbé François Knittel : A peine un an après l'ouverture de la première maison de Zapotiltic et sans avoir le minimum de 3 maisons exigé par les Statuts, le District du Mexique et d'Amérique Centrale fut érigé. Il se détachait alors du District d'Amérique du Sud, dont le siège est à Buenos Aires. L'Abbé Alfonso de Galarreta devenait alors supérieur en Argentine et l'Abbé Jean-Michel Faure recevait entre ses mains les destinées du District nouvellement érigé. Il le dirigea jusqu'en 1990. Lui succèdera l'Abbé Juan Carlos Iscara jusqu'en août 1993, date à partir de laquelle la charge m'échut.

La Porte latine : Quelle était l'état du District du Mexique lorsque vous arrivez ?

Abbé François Knittel : Le District comptait déjà trois prieurés : celui de Zapotiltic bien sûr, celui de Mexico fondé en 1987 et celui de Guadalajara ouvert en janvier 1993. Depuis lors, nous avons pu ouvrir trois autres maisons : à Gomez Palacio (dans le nord du pays) en novembre 1993, au Guatémala (en Amérique centrale) en octobre 1995 et finalement à Orizaba (dans l'état de Veracruz) en janvier 2001. Avant mon arrivée le District comptait 7 prêtres, nous sommes actuellement 14. Quant aux églises ou chapelles, celles des prieuré, nous n'en possédions pas. Ce que nous avions c'était des hangars ou des salles aménagés.


« La belle église de Dos Rios, dans l'état de Vera Cruz... »

La Porte latine : Pourquoi cet état de chose ?

Abbé François Knittel : Tout d'abord, en raison du peu de temps depuis notre installation. L'arrivée dans un pays inconnu requiert un temps d'adaptation pour connaître les gens, former des groupes, organiser le ministère, poser les bases légales de notre action apostolique, prendre la mesure des moyens financiers dont disposent les fidèles, etc. La liste peu paraître sèche, mais elle recouvre une longue liste de travaux et de progrès mais aussi d'échecs. Il faut un certain temps avant de savoir où s'installer, comment construire, comment financer les ouvres.
Ensuite, il faut se souvenir que les lois anti-catholiques qui provoquèrent le soulèvement des Cristeros en 1926 étaient toujours en vigueur au Mexique et cela jusqu'en 1992. L'Eglise catholique n'avait ni existence légale, ni personnalité morale reconnue dans le pays.

Certes, il faut distinguer la loi et son application. Beaucoup de mesures n'étaient plus appliquées strictement, mais elles existaient dans les textes et aussi dans les mours des gens. On est par exemple surpris de voir que parmi les prêtres traditionalistes, aucun ne portait la soutane dans la rue car la loi l'interdisait (!).
Ce n'est qu'en 1992 que les lois ont changé et qu'il a été concédé une existence légale à l'Eglise catholique. et à toutes les religions. Par le biais d'associations religieuses légalement constituées, il devenait désormais possible de posséder des biens immeubles, d'obtenir des permis de séjour légaux pour les prêtres étrangers, etc. Cela facilita les projets à long terme.


« Construction d'une autre chapelle dans l'état de Vera Cruz, dans la ville d'Orizaba »

La Porte latine : Quelles sont les constructions qui ont été entreprises durant ces dernières années ?

Abbé François Knittel : Etant donnée la lenteur des travaux, mesurée par les apports en argent (« Quand il y a de l'argent on construit, quand il n'y en a plus, on arrête »), les constructions dont nous parlerons sont plus ou moins avancées, mais rares sont celles qui ont pu être totalement terminées.
Le prieuré de Guadalajara a entrepris la construction d'une chapelle à Colima et d'une autre à Leon.
Le prieuré de Mexico est en processus de transformation de la chapelle-hangar de la capitale en église à trois nefs.
Le prieuré de Gómez Palacio a vu la construction de la chapelle du prieuré et d'une autre chapelle dans la ville de Chihuahua.
A Orizaba, prieuré de fondation récente, seule la chapelle du prieuré a pu être menée à bien.
Au Guatémala, les confrères ont pu construire une jolie petite chapelle sur le terrain du prieuré.


« Le prieuré d'Orizaba »

La Porte latine : Votre ministère se limite-t-il aux activités paroissiales ?

Abbé François Knittel : Non, bien sûr. Les groupes de jeunesses, les camps d'été, les retraites spirituelles de S. Ignace occupent le temps de nos prêtres. Nous sommes malheureusement seuls dans notre District : sans frères, sans sours, sans oblates. Certainement cette solitude était nécessaire dans les débuts où il fallait stabiliser les choses. Nous espérons qu'avec le temps l'une ou l'autre communauté religieuse viendra nous épauler dans la vigne du Seigneur. Ici, on ne se demande pas ce qu'on va bien pouvoir faire, on se demande quelle est la priorité parmi toutes les choses à faire.


« Salles de catéchisme de Guadalajara »

La Porte latine : N'y a-t-il pas une communauté religieuse avec laquelle la Fraternité travaille au Mexique ?

Abbé François Knittel : Oui, nous sommes en relation avec la communauté de  Franciscaines Mínimas du Perpétuel Secours. Il s'agit d'une communauté de religieuse fondée en 1942 dans le diocèse de Zamora. Transférée près du sanctuaire de la Vierge de Guadalupe en 1967, la communauté d'une quinzaine de religieuses n'accepta pas les réformes issues du Concile. C'est tout naturellement qu'elles ont demandé notre aide lorsque nous les avons connues en 1988.
Depuis lors, nous leur assurons la Messe quotidienne, les cours, les confessions hebdomadaires, les retraites mensuelles. De notre côté, nous pouvons compter sur leurs prières et leurs sacrifices ainsi que sur toutes ces petites aides que les religieuses peuvent apporter aux prêtres. La communauté compte aujourd'hui 34 religieuses qui proviennent actuellement et pour l'essentiel de nos chapelles.


« Camp de fillettes à Michoacan. »

La Porte latine : Le District peut-il compter sur quelques publications pour prolonger son ministère par l'écrit ?

Abbé François Knittel : Sans parler des divers bulletins édités par les prieurés pour leurs fidèles, nous pouvons compter sur 3 revues et une série de livres. Quant aux revues, le District publie chaque trimestre une revue de 24 pages intitulée "Dios Nunca muere" [Dieu ne meurt pas]. Elle donne des nouvelles de la Fraternité dans le District et dans le monde, des articles de culture chrétienne et d'histoire du Mexique ainsi qu'un certain nombre d'articles d'intérêt plus général.
Un groupe de nos fidèles de la capitale mexicaine compose et diffuse une revue du même format "Familia católica" centrée sur les thèmes de la famille et de l'éducation. Sa diffusion est deux ou trois fois supérieure à la revue du District car elle pénètre dans beaucoup de milieux où notre revue ne serait pas acceptée.
Enfin, les sours Mínimas diffuse pour leur part la revue "Estrella" [L'étoile] dont nous assurons la supervision doctrinale alors que les sours en rédigent le contenu. Les sujets traités sont plutôt de vie chrétienne, de spiritualité franciscaine, de vocation.

 

 


La Porte latine : Vous parliez aussi de livres.

bbé François Knittel : J'y viens. En effet, à côté des revues à parution régulière, lorsque le temps nous le permet, nous publions des ouvrages nécessaires pour la formation de nos fidèles et l'apostolat du livre.
En plus des catéchismes et des missels, nous avons publié un opuscule sur l'Opus Dei (très présent au Mexique), un opuscule du R.P. Mateo Crawley sur la sainte Messe, le traité de la mortification du Cardinal Mercier, un livret de complies en latin/espagnol, le Traité de l'Education de Jean Viollet.
Depuis quelques années, nous avons aussi commencé la publication des ouvres complètes de Mgr Lefebvre en espagnol. Il est vrai que la "Lettre ouverte aux catholiques perplexes" a déjà été diffusée à près de 5.000 exemplaires dans le District, mais la plupart des autres ouvrages de notre fondateur sont encore inédits. Avant de nous consacrer à l'édition, il faut d'abord s'assurer que les traductions soient faites correctement.
Après "Ils l'ont découronné" et Lettre ouverte, nous venons de publier "C'est moi l'accusé." Les tomes suivants devraient concerner l'Itinéraire Spirituel et le Mystère de Jésus-Christ, et puis les Lettres Pastorales et Avis


« Intérieur de la chapelle de Guadalajarra, Etat du Jalisco. »

La Porte latine : Visiblement, vous avez encore du pain sur la planche. Nous vous remercions donc de nous avoir consacré un peu de votre temps pour nous faire connaître l'ouvre de la Fraternité dans cette partie du monde. Comptez sur nos prières et pourquoi pas sur notre aide !

 

 

 

Pour aider le District du Mexique

Supérieur : Abbé François KNITTEL
Priorato Nuestra-Señora-de-Guadalupe
C. Jaime Torrés Bodet 237
Col Santa Maria La Ribera
06400 Mexico, D.F
MEXIQUE
 
[+52] (5) 547 43 24
Le site du siège du District

 

Autres nouvelles du Mexique

"Ils n'ont la visite d'un prêtre qu'une fois par mois..."


ien chers amis et frères in Christo, Que Notre Seigneur bénisse l'Association Saint-Cyrille et tous les dirigeants et bienfaiteurs ! Merci de tout cour pour l'aumône (*) que votre association a eu la charité de nous envoyer.
La moitié de cette aumône a été donnée à l'école (entre autre nécessités : la scolarité d'une orpheline) et l'autre moitié destinée à l'église de Léon où nous avons environ cent vingt fidèles qui viennent de différentes villes. Ils font entre une et quatre heures de route aller-retour quand nous disons la messe, le troisième dimanche du mois. Il y a un an, l'hôpital qui nous prêtait une chapelle, a décidé de la détruire pour construire un nouveau bâtiment à sa place. Pour le moment, nous avons aménagé une chapelle, avec un toit de tôle et un mur d'un mètre de haut, sur un terrain prêté. Chaque vendredi, un groupe de fidèles y fait le chemin de croix et chaque dimanche le catéchisme aux enfants et aux adultes. Malheureusement, ils n'ont la visite d'un prêtre qu'une fois par mois.
Le troisième dimanche, après avoir confessé de 8h30 à 11 h, le prêtre va à Léon par le bus. Ce sont quatre heures de route. A 4h30, commencent les confessions, et à 6h, la Sainte Messe pour que ceux qui ont deux heures de route, ou plus, puissent retourner en paix. Parfois, après la Messe, les confessions continuent jusqu'à 9h. A 9h30, Deo Gratias, suivi de la Sainte Communion. Le prêtre continue son apostolat, le lundi et mardi, à Léon, baptisant les enfants, visitant les familles. Il fait des conférences, donne des cours de catéchisme, confesse et dit la Messe. Grâce à Dieu, nous avons reçu un terrain de 500 m2, pour construire notre chapelle définitive. Les démarches bien avancées, nous avons déjà un plan et un peu d'argent. Je vous demande des prières pour un jeune qui vient de sortir du séminaire diocésain et vient chez nous à la Messe. Il a dévoré plusieurs livres de Mgr Lefebvre. Prions pour cette vocation.
Je prie pour vous et pour vos familles. Priez pour nous et pour nos fidèles.

Padre Michel Boniface

Extrait de La Lettre de Saint Cyrille nº7.

(*) : l'ASCA a versé 4 000 euros pour secourir cette mission du Mexique

 

 

Construction de l'église de LEON (MEXIQUE) entreprise par M. l'abbé BONIFACE avec l'aide de l'ASCA

 

 

 

ASCA
6, parc de la Bérangère
92210 Saint-Cloud
France

Bulletin de liaison trimestriel
01 55 57 00 47
marc.sillard@parisfree.com

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Messes en direct
depuis Saint Nicolas du Chardonnet

Voir les horaires

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 125

L'ordre

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 18 octobre 2019
08:17 18:55