logos-lpl-separator-blc

Reportage de juillet 2018 : Victor Pasichnik, premier abbé russe de la FSSPX, par M. l’abbé F. Berthod

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

M. l’abbé Victor Pasichnik lors de son ordination sacerdotale le 30 juin 2018 à Zaitzkofen

En cette année 2018, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X voit pour la première fois un russe recevoir le sacrement de l’ordre en son sein. Le candidat a été ordonné, avec cinq de ses confrères, par son Excellence Mgr de Galarreta ce 30 juin, au séminaire international de Zaitzkofen.

Photo de gauche : M. l’abbé Victor Pasichnik

Victor Pasichnik est né à Moscou en 1982, sous le régime soviétique. Il ne sera baptisé, dans l’Église russe-orthodoxe, qu’après la chute du régime communiste, à l’âge de treize ans, du fait des difficultés posées aux croyants par l’athéisme d’État.

Après une enfance et une adolescence sans instruction religieuse, il commença à pratiquer sa religion lors de ses études universitaires. Le contact avec des catholiques et le désir de les amener à l’orthodoxie le poussèrent à prendre connaissance de la doctrine romaine, mais le résultat obtenu fut bien différent de celui escompté.

La rectitude de notre apôtre de l’orthodoxie lui mérita, par la grâce de Dieu, de constater que ce qu’il avait tenu jusque-là pour hérétique était bel et bien orthodoxe, et que l’orthodoxie qu’il voulait défendre n’avait d’orthodoxe que le mot. Il lui fallut reconnaître en l’Église catholique romaine la véritable Église de Jésus-Christ. Mais un premier obstacle allait se dresser devant lui.

Ironie de notre époque, tandis que les orthodoxes lui signifiaient qu’il n’était pas honnête de rester orthodoxe en adhérant aux dogmes catholiques, les catholiques consultés accueillaient ses désirs de conversion avec beaucoup de sobriété. Déconcerté, mais guidé par la grâce, il se fit catéchiser dans une paroisse catholique de Moscou et fit son entrée dans l’unité romaine. Dès ses premières confessions et communions sous l’orthodoxie, un attrait diffus pour le sacerdoce l’avait pris. Par bonheur, il l’avait laissé mûrir sans empressement.

En 2010, il découvrait la liturgie traditionnelle en la cathédrale de l’Immaculée Conception à Moscou, ce qui jeta son âme russe, sensible aux fastes de la liturgie, face à un second obstacle. La schizophrénie liturgique subséquente au concile Vatican II lui révélait la crise doctrinale qui ravage l’unique et véritable Église de Jésus-Christ.

Cette douloureuse constatation tourmentait son esprit de moult questions. Des doutes sournois souillaient ses fraîches convictions. Le salut arriva … par Internet. La lecture de sermons et conférences de son Excellence Mgr Lefebvre lui apportèrent la lumière dont il avait besoin. C’est ainsi que, en 2010, il fit connaissance de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X et, par elle, de l’authenticité catholique.

En 2012, résolu à se consacrer au service de Dieu et des âmes, il entamait ses études de philosophie et théologie au séminaire de Zaitzkofen. Le samedi 28 juillet verra ses efforts et sa persévérance couronnés, puisqu’il aura la grâce d’offrir solennellement, en sa ville natale, le saint sacrifice qui seul honore le vrai Dieu comme Il veut être honoré.

Abbé François Berthod, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Sources : Lettre n° 29 de « Missions » de mai 2018 / La Porte Latine du 15 juillet 2018

Pour vos dons, écrire à cette adresse :

MISSIONS,
60, avenue du Général Leclerc
78230 Le Pecq
06 70 16 57 24 et 01 39 21 12 18
missions.assoc@gmail.com

fraternité sainte pie X