logos-lpl-separator-blc

Là où est la Tradition, là est l’Eglise

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Sermon inédit de Mgr Lefebvre lors d’un pèlerinage d’action de grâce à Notre-Dame des Marches pour les sacres épiscopaux de 1988, prononcé le 19 novembre 1988 à Bulle (Suisse).

Résumé

Dans ce sermon, Mgr Lefebvre rend grâce pour le don extraordinaire de quatre nouveaux évêques pour l’Eglise catholique. Ces sacres ont – apparemment – eu lieu sans l’autorisation de Rome en raison des circonstances d’apostasie générale, répandue même dans les milieux romains.

La priorité : maintenir sa foi

Mgr Lefebvre s’attache à rappeler que cette apostasie a été prédite par la Sainte Ecriture et par la Très Sainte Vierge Marie à La Salette, à Fatima, et dans bien d’autres circonstances. La Sainte Vierge a avertit qu’à la fin du XXe siècle il y aurait dans l’Eglise une situation incroyable qui risquerait de faire perdre la foi à tous les chrétiens. Mais, en même temps, ces prophéties nous annoncent qu’il restera dans l’Eglise des fidèles qui maintiendront la foi catholique, par une grâce particulière du Bon Dieu.

La première chose à garder pour rester fidèles à Dieu, c’est de maintenir sa foi, à l’exemple de tous les martyrs. Qu’est-ce qu’un martyr ? C’est un témoin de la foi qui a préféré verser son sang plutôt que d’abandonner la foi catholique. Les fidèles de la Tradition sont des témoins, ils sont dans bien des circonstances persécutés, méprisés. En réalité, ils veulent simplement garder la foi, alors ils suivent des prêtres et des évêques catholiques qui veulent eux aussi garder la foi catholique.

Des temps de grâces inouïes

Ces temps extraordinaires de persécutions sont aussi des temps de grâces. On le constate partout. Comment se fait-il que dans ces circonstances difficiles où il n’y a presque plus de vocations sacerdotales et religieuses, nous voyons venir frapper à la porte de nos séminaires et de nos couvents des jeunes gens et des jeunes filles nés après le concile Vatican II ? Comment ces jeunes qui n’ont même pas connu la situation avant le concile, peuvent-ils désirer la Tradition ?

Ils ont compris, le Bon Dieu leur a donné une grâce particulière de dire : « là où est la Tradition, là est l’Eglise ». Et alors ils viennent demander de s’agréger à nos familles religieuses, à notre Fraternité, afin de recevoir les grâces que Dieu donne aux âmes qui sont fidèles. Ces jeunes désirent être prêtres malgré les persécutions, malgré les faux bruits de schisme, malgré tout cela ils ont le courage de venir parce qu’ils savent qu’en faisant partie de cette famille traditionnelle ils sont dans l’Eglise, ils sont des témoins de l’Eglise.

Là est l’Eglise

On peut dire qu’il y a vraiment deux notes principales de l’Eglise, l’unité de la foi, avoir la même foi que ceux qui ont cru avant nous, que ceux qui sont membres de l’Eglise catholique dans le monde, et puis la sainteté. C’est cela que nous devons garder à tout prix pour devenir des saints, des âmes sanctifiées. Si nous avons la foi, nous croyons à la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous croyons en sa présence dans tous les sacrements. Nous trouvons là la source de la vie. Voilà ce qu’est être catholique. Celui qui ne croit pas, ne peut pas être sauvé, celui qui n’a pas la vie de la grâce en lui, ne peut pas être sauvé non plus. Nous y tenons fermement et nous remercions Dieu de nous y maintenir. C’est pourquoi les lieux de culte de la Tradition sont si importants, on y reçoit tous les sacrements dignement.

Mgr Lefebvre termine en rendant grâce pour les nouveaux évêques, car sans évêques, il n’y a pas de prêtres, il n’y a pas de sacrements et il n’y a pas de fidèles catholiques. Le Bon Dieu, les saints anges et les élus du Ciel ne peuvent que se réjouir de tous ces fruits de sanctification. Mgr invite à ne pas écouter les bruits qui courent et qui voudraient nous détourner de rester membres de cette famille de la Tradition, qui est vraiment la famille de l’Eglise catholique. Si comme Marie – Virgo fidelis – nous demeurons fidèles, alors de nombreuses bénédictions descendront sur nous et nos familles.

Le sermon

Fondateur de la FSSPX

Mgr Marcel Lefebvre (1905-1991) a occupé des postes majeurs dans l’Église en tant que Délégué apostolique pour l’Afrique francophone puis Supérieur général de la Congrégation du Saint-Esprit. Défenseur de la Tradition catholique lors du concile Vatican II, il fonde en 1970 la Fraternité Saint-Pie X et le séminaire d’Écône. Il sacre pour la Fraternité quatre évêques en 1988 avant de rendre son âme à Dieu trois ans plus tard. Voir sa biographie.
fraternité sainte pie X

Articles en relation