Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Encouragements à la fidélité - La primauté de la doctrine, par les capucins de Morgon - Mars-avril 2015

Accès aux éditoriaux archivés
Accès aux écoles de Tradition en France
Accès aux bulletins et revues du monde de la Tradition
Accès aux revues de presse du monde de la Tradition
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...


Encouragements à la fidélité - La primauté de la
doctrine, par les capucins de Morgon - Mars-avril 2015

Lire aussi : Encouragements à la fidélité - Dix règles de spiritualité
en temps de crise, par les capucins de Morgon - Mars-avril 2015

 

Bien chers tertiaires,

Au début de ce saint temps de carême, l'Église,  dans l'office  divin, nous rappelait ces paroles de saint Paul : "Nous vous exhortons à ne
pas recevoir en vain la grâce de Dieu. Il dit en effet : «Au temps favorable je t'ai exaucé, et au jour du salut je t'ai secouru.»(1) Le voici à présent ce temps bien propice ; le voici à présent le jour du salut !"(2) Oui, le temps du carême, qui s'achève par celui de la Passion, est un temps de grâce, car la grâce nous vient par la croix. Or, notre grande croix, à notre époque, c'est  bien la crise que nous vivons, où toutes les institutions sont liguées contre la foi. D'où pour nous le choix dramatique : faut-il suivre la hiérarchie actuelle de l'Église au péril de notre foi, ou nous en protéger pour garder cette même foi ? Aucune hésitation n'est  possible : il faut avant tout garder la foi. "Aucune autorité, disait Mgr Lefebvre, ne peut nous contraindre à abandonner ou à diminuer notre foi."(3)   La foi, la doctrine, garde une priorité inviolable. Nous le savons, mais il est important d'affermir  nos convictions sur ce point. Déjà l'apôtre saint Paul exhortait son disciple saint Timothée à cette sainte insistance : "Prêche la parole, interviens à temps et à contre-temps ; reprends, corrige, exhorte en toute longanimité et doctrine."(4)

 

1 - La doctrine et notre salut

"Doctrine" signifie   enseignement.  Dans la Révélation, Dieu   nous enseigne, nous découvre son plan. Son dessein de miséricorde est de nous sauver par Jésus-Christ (5). Le Verbe divin est venu établir le royaume de Dieu parmi nous. C'est  un royaume surnaturel, qui  s'oppose  au  messianisme terrestre que Satan lui a proposé dans le désert : jouissance, orgueil, volonté de puissance, convoitise. Aux Pharisiens, Jésus affirme :"Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde."(6)  Face à Pilate, il confessera hautement : "Mon  royaume n'est  pas de ce monde (...) Je suis né et je suis venu en ce monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité." (7)  "Dieu a tellement aimé le monde, dit-il à Nicodème, qu'il lui a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle." Mais il avait donné cette précision :  "De même que Moïse a élevé le serpent dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle."(8) Précision capitale : si nous voulons être sauvés, nous devons croire à cet amour divin, amour surnaturel, qui passe par la croix. "Si quelqu'un  veut venir après moi, qu'il  se renonce lui-même, qu'il  prenne sa croix et qu'il  me suive ; qui veut conserver la vie sauve, la perdra; et qui perdra sa vie à cause de moi, la retrouvera."(9)

Ce plan doit être accepté par chacun de nous, mais aussi par les princes, et donc les sociétés : c'est  la royauté sociale de Notre Seigneur, qui n'est  pas de ce monde, mais qui s'exerce  bien en ce monde.

Mais qu'est-ce  donc que le monde condamné par Jésus? C'est la recherche d'un bonheur exclusivement  terrestre qui se résume en les trois concupiscences désignées par saint Jean (10). Ce monde-là  ne peut que  rejeter le messianisme surnaturel de Notre Seigneur. Il ne supporte pas un amour de Dieu qui nous offre un royaume de Dieu surnaturel et crucifié. Or, nous ne pouvons pas pactiser avec le monde. "Celui qui veut être l'ami du monde, dit saint Jacques, se constitue l'ennemi  de Dieu." (11) Notre foi en Jésus crucifié, notre adhésion ferme et aimante à sa croix nous fait triompher de ses séductions: "La victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi."(12) Ainsi donc, la foi et la  doctrine gardent la primauté face aux machinations séductrices du monde.

Et nous, fils de saint François, il nous suffit d'imiter notre père, dont la voie n'est  rien d'autre, dit saint Bonaventure, qu'un  "amour très ardent de Jésus crucifié"(13). Il nous apprendra à "mépriser les choses de la terre et à aimer celles du ciel" (14 ). Voilà quelle est la doctrine qui éclaire notre marche ici-bas.

 

2 - Le refus du surnaturel

Tout péché est un refus de l'amour  surnaturel  que Dieu nous présente ; nous lui préférons un idéal terrestre. Mais ce refus érigé en système a un nom: le naturalisme, erreur fondamentale de notre époque (15). Selon lui, la nature se suffit à elle-même, pas besoin d'un  Dieu qui nous dépasserait; l'homme est maître de sa destinée.

L'organisation  sociale du naturalisme,  c'est  la Révolution(16). Celle-ci est d'abord  le rejet de la royauté sociale de Notre Seigneur. Mais plus profondément, comme le dit Mgr Gaume, elle est "la haine de tout ordre religieux et social que l'homme n'a pas établi et dans lequel il n'est pas roi et Dieu tout ensemble"(17). Le moteur de la Révolution est la franc-maçonnerie, "Synagogue de Satan", selon le mot de Pie IX. Elle obtient "droit" de cité par la révolution de 1789, basée sur ce triple principe : liberté-égalité (pour dissoudre les liens naturels et surnaturels), et fraternité (ou collaboration forcée de tous pour l'établissement d'un monde affranchi de toute loi divine ou naturelle).

La Révolution s'appuie sur la doctrine du naturalisme, cependant elle n'est pas seulement une doctrine, mais aussi et surtout une praxis, un rejet, un mouvement. Ainsi, son langage est fluctuant, car il n'est pas l'expression  de ce qui  est, mais l'instrument  d'une  praxis(18) ; la fin du  langage n'est  plus d'exprimer le plus clairement sa pensée, mais d'entraîner  le plus de monde dans son rejet et dans la poursuite de sa chimère. Le mensonge lui est donc connaturel ; pour la Révolution, le mensonge n'est pas un mal, mais une nécessité, car la fin ''justifie" ce moyen.

 

3 - La "main-tendue" : le catholicisme libéral

Une fois passés  l'ouragan  de  la Terreur  et  la tyrannie  napoléonienne, l'Église en France semble revivre. Hélas, la nouvelle génération de prêtres et l'élite  du  pays, à cause du malheur  des temps, n'ont pas eu la formation doctrinale qui les eût préservés des pièges. Lamennais et ses disciples ont baigné dans les erreurs de la Révolution (19)  ; généreux sans doute, mais manquant de principes, ils vont rêver une soi-disant "réconciliation" de l'Église avec le monde moderne.

Pie IX condamnera cette tentative dans le Syllabus, en 1864. "Le Souverain Pontife pourrait-il donc tendre une main amie à une pareille civilisation, dit-il, et faire sincèrement pacte et alliance avec elle ?'' Il ne pourrait, "sans un très grand scandale pour tous, s'associer  avec la civilisation contemporaine par le moyen de laquelle se produisent tant de maux(...) et se proclament  de funestes  principes extrêmement opposés  à la religion catholique et à sa doctrine. (...) Nous n'avons aucun motif de nous réconcilier avec  qui que  ce soit,  mais (...)  Nous  devons  pardonner  à ceux  qui  nous haïssent, Nous devons prier pour eux afin qu'ils  se repentent par la grâce de Dieu"(20).

 

4 - Vatican II

Ce concile  verra  le triomphe  des  catholiques  libéraux. "Pendant  deux siècles, dit Marcel Prélat, nous avons été combattus par l'Église, et désormais nous  avons  triomphé."   Le  Cardinal   Ratzinger  d'affirmer   que  le  texte "Gaudium et Spes" (en liaison avec les textes sur la liberté religieuse et sur les religions du monde) "joue le rôle d'un  contre-syllabus dans la mesure où il représente une tentative pour une réconciliation officielle de l'Église  avec le monde tel qu'il  était devenu depuis 1789 (...) Par "monde",  on entend, au fond, l'esprit des temps modemes."(21)  On ne peut être plus clair.

Les textes du Concile furent des textes de compromis, comme en font foi les chroniqueurs et historiens du concile. Le Père Schillebeeckx, partisan des positions ultra-libérales, critiquait un texte qu'il  jugeait trop conservateur. Il se vit répondre par un expert : "Nous nous exprimons de façon diplomatique, mais après le Concile nous tirerons du texte les conclusions qui y sont implicites."(22) Ce  qui  est  dit  de  ce  texte,  on  peut  l'appliquer   à tous  les documents conciliaires. On y trouve des affirmations vraies, mais contredites ensuite par la suite du texte. Par exemple, on affirme le sacerdoce ministériel du prêtre, mais ensuite on insiste tellement sur le sacerdoce des fidèles qu'on finit par se demander quelle est la différence entre les deux ; l'orientation de ces textes est hétérodoxe, bien qu'on  ait ajouté des phrases traditionnelles, pour satisfaire aux réclamations des Pères conservateurs.

Avec tout cela, on voit que ce qui prime, c'est  la praxis, le mouvement d'ouverture au monde. Peu importe que les textes du Concile n'expriment pas le fond de la pensée des meneurs progressistes, ce qui compte, c'est  qu'ils rallient les conservateurs tout en donnant une "orientation" franchement révolutionnaire(23). Car ce procédé nous montre que nous avons bien affaire à une Révolution.

Les succès de la Révolution conciliaire s'expliquent  en grande partie par ses méthodes, que le Père Calmel (24) a admirablement mis en lumière :

- D'abord, la Révolution n'est pas une réforme, elle ne cherche pas à restaurer une nature, elle s'attaque  à la nature même des choses, qu'elle  vise à changer.

- Mais, pour y parvenir, elle va capter les tendances nobles des âmes généreuses  et droites pour les dévier vers son  but. Par exemple, exalter la simplicité (que saint François aimait tellement), mais pour l'opposer aux marques  extérieures de respect dues aux autorités, et  qui  nous sont  oh combien nécessaires (25).

C'est à ce niveau que les novateurs font passer les idées subversives, sous apparence  de  vérité et  de  bien.  Que  de  fois,  durant  le  Concile,  ont  été prononcés les mots de "pastorale",  de "charité",  de "retour aux sources et à l'évangile", de "réforme et rénovation". Quel bon catholique serait d'emblée opposé à ces idées ? Mais ces mots ont été détournés de leur sens au profit de la  Révolution.  La  "pastorale"   fut  opposée  au  dogme  (surtout,  pas  de définitions ni d'anathèmes  !), le "retour aux sources" et la "réforme" à tous les  trésors  de  la Tradition,  et  la "charité"  devint  l'anesthésiant   face  aux assauts de l'hérésie.

-Toutefois, comme il risque d'y  avoir trop d'opposition, au moins au bout d'un certain temps, elle impose ses vues par une autorité occulte et des hiérarchies parallèles, et c'est ainsi que le poison se répand dans tout le corps. Par exemple, les conférences épiscopales, perturbant l'autorité normale des évêques, et faisant pression pour imposer les orientations novatrices sécrétées par le noyau dirigeant. C'est  aussi de cette façon, en société de pensée, que fonctionna le Concile (26). C'est  ici qu'intervient cette distinction entre la Rome éternelle  et  la Rome néomoderniste,  énoncée  dans  la  déclaration  du  21 novembre 1974. "Au-dessus des décisions apparemment légales de Rome, dit le Père Calmel, au-dessus de ses manigances, combinaisons et moyens, bref, au­dessus d'une Rome aveuglée, manœuvrée, dominée, il y a la Rome véritable, la Rome de la Tradition chrétienne (...), la Rome de la messe de saint Pie V, de saint Grégoire VII et de saint Léon. (...) C'est à la Rome véritable que vous devez obéir. (...)  Vous êtes sûres d'obéir  à cette Rome en acceptant et en faisant uniquement ce qui favorise vos choix sur la messe [de toujours] et l'école [catholique], l'état religieux dominicain, sous la direction de la Générale que vous avez."(27).

Mgr Lefebvre, au sujet de la Rome moderniste, ou Église conciliaire, dira en 1988 : le maintien de la Tradition "nous a valu la persécution de la Rome antichrist   (...)   poursuivant   son  œuvre   destructrice   du  règne  de  Notre Seigneur." (28)  Cinq jours après le décret "d'excommunication" fulminé contre Mgr Lefebvre, l'ensemble  des supérieurs de la Fraternité exprima à son fondateur  son  soutien  absolu  dans une  lettre  ouverte  au  cardinal  Gantin, auteur dudit décret: "Nous n'avons jamais voulu, disaient-ils, appartenir à ce système  qui se qualifie  lui-même  d'Église  conciliaire,  et se définit  par  le Novus  Ordo  Missae, l'œcuménisme  indifférentiste  et  la  laïcisation  de  la société.   (...)   Nous  ne  demandons   pas  mieux   que  d'être  déclarés   ex communione  [hors de la communion]  de l'esprit  adultère qui souffle  dans l'Église depuis 25 ans, exclus de la communion impie avec les infidèles."(29)

 

5 - Rome et Mgr Lefebvre

Face à cette situation, l'attitude de Mgr Lefebvre, comme il l'a énoncé dans la déclaration de 1974, est tout simplement de s'en tenir à ce que l'Église a toujours cru et fait, sans tenir compte des nouveautés destructrices de la foi, et cela sans amertume ni rébellion. Il n'a jamais cherché une rupture avec Rome, mais lorsque les autorités ecclésiastiques lui enjoignirent de se soumettre "au concile, aux réformes post-conciliaires et aux orientations qui engagent le Pape lui-même"(30),  là il ne peut obtempérer, la foi étant en jeu. D'où  les sanctions canoniques portées contre lui. Les autorités romaines cherchèrent ensuite un rapprochement, Mgr Lefebvre lui-même s'efforça d'arranger les choses. Pendant toute cette période, il n'a cependant pas reculé devant les affinnations fortes, surtout face aux scandales toujours plus graves (par exemple Assise) ; c'est-à-dire  qu'il  n'a  pas tu la vérité pour essayer d"'arranger les choses".

C'est pour montrer clairement qu'il  ne voulait pas faire schisme qu'il  a entrepris ces démarches ; il a cherché à savoir s'il était possible à la fois d'être reconnu par les autorités romaines et de garder la foi. Après en  avoir  fait  l'essai  loyal, il  était obligé de constater en 1988 : "En réalité, Rome ne veut ni soutenir ni poursuivre [c'est-à-dire être fidèle à] la Tradition. (...) Au cours des derniers  contacts  que  j'ai  eus  à  Rome, j'ai plusieurs  fois  voulu  sonder  leurs  intentions, mesurer s'il y avait un véritable changement.(...) La volonté de Rome de ne pas aider la Tradition, de ne  pas  vouloir  lui  faire  vraiment confiance était évidente"(31). Déjà en 1987 il avait affirmé au cardinal Ratzinger qu'il était impossible de collaborer, puisque nous, nous cherchons la christianisation, et eux la déchristianisation.

Autrement dit, Mgr Lefebvre constata par expérience ce que saint Thomas disait déjà ; se demandant si des fidèles pouvaient demeurer sans risque sous le pouvoir politique d'un infidèle, il répond que non, "car ce serait au péril de la foi. Facilement, en effet, ceux qui sont soumis à la juridiction des autres peuvent être changés par ceux qui sont au-dessus d'eux et dont ils ont à suivre les ordres, à moins que ces subordonnés n'aient été d'une  grande vertu"(32).

De  même  qu'après  la Terreur  l'on  vit  le  monde  moderne  proposer  à l'Église  la "réconciliation",  de  même  après  l'opposition  frontale  entre  le Vatican et  la FSSPX, surtout  après  l'annonce  des  sacres  en  1987,  Rome proposa la politique de la "main tendue". Ici, il y a une distinction à faire : en soi on peut toujours se réconcilier avec celui qui veut se corriger ; mais il est illusoire de se réconcilier avec celui qui ne reconnaît pas ses torts. Nous ne refusons pas Rome en tant que telle, mais bien la Rome qui ne veut pas reconnaître son modernisme. Or, en juin 1988, Mgr Lefebvre constatait : ils n'ont pas changé d'intention [nous ramener au Concile] parce qu'ils n'ont  pas changé de principes.

Alors  pourquoi Rome tend-elle la main? Souvenons-nous que  la Révolution est surtout une praxis ; à défaut de faire accepter d'emblée ses idées, elle cherche du moins à entraîner ses victimes à collaborer avec elle. Elle tolère volontiers qu'on puisse discuter de façon accadémique sur des "divergences" théologiques, mais ne supporte pas la dénonciation de ses scandales (comme Assise, la canonisation de Jean-Paul II, la béatification de Paul VI, ou le récent Synode sur la famille). Par la main tendue, elle cherche à créer  un  climat  de  bienveillance  réciproque.  Ainsi,  dans  sa  lettre  aux évêques du 10 mars 2009, Benoît XVI constatait qu'après les gestes de bienveillance  envers  les  communautés   ralliées,  le  climat  interne  de  ces dernières avait changé, s'était  radouci. Dès lors, disait-il, devenait possible la grande collaboration qu'il espérait entre tous les croyants afin d'œuvrer  pour la paix dans le monde. Notons que ce climat de bienveillance réciproque est obtenu par le désarmement des communautés qui n'osent  plus critiquer leurs "bienfaiteurs"; psychologiquement, c'est facile à comprendre.

Mgr Lefebvre  voyait dans la "réconciliation" avec une Rome demeurée moderniste le danger de mélanges entre les fidèles de la Tradition et les autres fidèles. "Malgré  l'exemption  très étendue, dit-il, les barrières canoniques disparaissant, il y aura nécessairement des contacts de courtoisie, et peut-être des offres de coopération. (...)   Tout ce monde est d'esprit concilaire, œcuméniste, charismatique (...). Nous étions jusque-là  protégés naturellement,  la  sélection  s'assurant  d'elle-même   par  la  nécessité  d'une rupture avec le monde conciliaire. Désonnais, il va falloir faire des dépistages continuels, se prémunir des milieux romains, des milieux diocésains."

Outre  ce  mélange  naturel,  il  faut  compter  avec  le  mécanisme  de  la Révolution :

- Elle s'attaque à la nature des choses, à leur définition. Par exemple, le Motu Proprio "Ecclesia Dei", en même temps qu'il  accorde des "privilèges" aux communautés ralliées, expose une définition fausse et évolutive de la Tradition.

- Elle capte les tendances nobles et généreuses. Par exemple, Dom Gérard avouait en  1988  que  le  motif  principal  qui  l'avait  poussé  à accepter  les avances romaines était d'attirer  plus de fidèles, qui étaient gênés par la "suspense"(33). A quoi l'abbé Schmidberger répondait: "S'ils pensent que leur soi-disant "suspense" nuit à leur rayonnement, ils se trompent : la Croix est plus féconde  que  la facilité"(34). Ou encore, Rome joue sur  l'accusation  de schisme : quel catholique fervent supporterait de rester dans le schisme ? A quoi Mgr Lefebvre répondait: "Nous sommes contre l'Église conciliaire, qui est  pratiquement  schismatique,   même  s'ils   [Jean-Paul II et le  cardinal Ratzinger] ne l'acceptent pas. Dans la pratique, c'est une Église virtuellement excommuniée,  parce que c'est une Église  modemiste"(35). Ou  enfin  la Révolution  va  jouer  sur  notre  amour  de  l'Église.  A  quoi  l 'archevêque rétorquait: "Nous représentons vraiment l'Église catholique telle qu'elle était autrefois, puisque nous continuons ce qu'elle  a toujours fait. C'est  nous qui avons les notes de l'Église  visible"(36).

- Enfin, la Révolution agit par des autorités occultes.  Elle a un langage officiel équivoque qui parfois nous semble favorable ; puis elle agit en sens inverse, déstabilisant ses interlocuteurs. Par exemple, les visites romaines de 1974 et 1987, où les visiteurs ont dit du bien d'Écône, puis, de retour à Rome, en ont dit du mal. - Autre tactique: "Jamais de préceptes formels, dit le Père Calme!. Laisser  imposer  les choses  par pression  sociale,  de  sorte  que  les braves gens naïfs se croient liés en conscience"(37). Ainsi, par exemple, Dom Gérard avait obtenu que nulle contrepartie doctrinale ne soit exigée de lui ; mais en même temps, la crainte de perdre la reconnaissance canonique par un langage trop libre l'a tout de suite conduit au silence, puis plus tard à l'acceptation  des erreurs conciliaires ; le glissement s'est  fait tout seul : la machine est bien rôdée !

 

Conclusion : la primauté de la doctrine

Prêcher  Jésus-Christ  crucifié  n'est   pas  chose  facile  ;  c'est  souvent demander l'héroïsme ; mais il est impossible, sous prétexte de facilité, d'efficacité  apparente, de plus grand "rayonnement", de s'exposer  à sacrifier la foi, sans laquelle on ne peut être sauvé.

"Si je vis encore un peu, disait Mgr Lefebvre, en supposant que d'ici  à un certain temps Rome fasse un appel, qu'on  veuille nous revoir, reprendre langue, à ce moment-là, c'est moi qui poserais les conditions.(...) Je poserais la question au plan doctrinal: "Est-ce que vous êtes d'accord avec les grandes encycliques de tous les papes qui vous ont précédés ? Est-ce que vous êtes d'accord  avec "Quanta Cura" de Pie IX, "Immortale Dei, Libertas", de Léon XIII, "Pascendi" de Pie X, "Quas Primas" de Pie Xl, "Humani Generis" de Pie XII ? Est-ce que vous êtes en pleine communion avec ces papes et avec leurs  affirmations  ?  Est-ce  que  vous  acceptez  encore  le  serment  anti­ moderniste ? Si vous n'acceptez  pas la doctrine de vos prédécesseurs, il est inutile de parler"(38) .

Vingt-sept ans plus tard, non seulement la doctrine de toujours n'est  pas redevenue la norme pour les autorités romaines, mais c'est  même l'enseignement de la morale qui est attaquée ; car on ne peut indéfiniment attaquer le dogme  sans  finir  par  ébranler  la  morale. Ainsi,  la  révolution  conciliaire aboutit logiquement aux conclusions qu'en  tire le pape François. Il est donc évident que nous ne pouvons  nullement  envisager  de collaborer  avec des papes qui, dans la pratique, œuvrent à la destruction de l'Église.

Mais alors, quand la collaboration  sera-t-elle possible ? "Quand on nous pose la question, disait Mgr Lefebvre, de savoir quand il y aura un accord avec  Rome,  ma  réponse  est  simple  :  quand  Rome  recouronnera  Notre Seigneur  Jésus-Christ. Nous  ne  pouvons  pas être d'accord  avec  ceux  qui découronnent Notre Seigneur. Le jour où ils reconnaîtront de nouveau Notre Seigneur  roi des  peuples  et des  nations,  ce  n'est  pas  nous  qu'ils  auront rejoints, mais l'Église catholique dans laquelle nous demeurons"(39).

Comme le rappelait Mgr Tissier de Mallerais le 27 octobre dernier au pèlerinage de Lourdes, "le lien formel, ce lien artificiel, ce lien qui serait un simulacre avec la Rome nouvelle, n'est rien devant la préservation et la profession de la foi catholique"(40).

Que Notre Dame de Fatima nous donne d'aimer  Jésus crucifié, afin que nous gardions le dogme de la foi.

Source : Supplément à la Lettre Tertiaire Franciscaine n° 266 de mars-avril 2015

 

 

Notes

(1) Is. 49,8.
(2) Co 6,1-2.
(3) Déclaration du 21 novembre 1974.
(4) 2 Ti m. 4,2.
(5) Ep. 1,4-5.
(6) Jn. 8,23.
(7) Jn. 18,36-37.
(8) Jn. 3, 16-15.
(9) Mt. 16,24-25.
(10) 1  Jn. 2, 16.
(11) Jc. 4,4.
(12) 1  Jn. 5, 4.
(13) Itinéraire de l'âme à Dieu, Prologue.
(14) Oraison liturgique du 4 octobre.
(15) Cardinal  Pie, Œuvres, tome 5, p. 40. L'illustre prélat a consacré à la réfutation de cette erreur une instruction monumentale, à lire. lb.•p. 29 à 209.
(16) Sur les rapports entre naturalisme et révolution, voir Jean Ousset, Pour qu'Il règne, Club du livre civique, 1959, p. 81 à 86.
(17) La Révolution, tome 1, p. 16.
(18) Voir Roberto de Mattéi, Vatican, une histoire à écrire, p. 15.
(19) Lamennais s'était nourri de Rousseau, ce qui a marqué son œuvre. Voir D.T.C., tomeR, col. 2473.
(20) Allocution "Jandudum cernimus", 18 mars 1861, d'où est tirée la proposition 80 du Syllabus.
(21) Cardinal Joseph Ratzinger, Les principes de la théologie catholique, Téqui, 2005, p. 427.
(22) Ralph Wiltgen, Le Rhin se jette dans le Tibre, éd. du Cèdre, 1973, p. 238.
(23) Mgr Lefebvre employait  souvent  ce terme d' "orientation" à propos  du Concile (Voir J'accuse le Concile, la déclaration  du 21 novembre  1974,  Lettre aux amis et bienfaiteurs n" 9 d'octobre 1975). L'orientation  est une  tendance  qui  cherche  à se  cacher.  Ce  terme  est  heureusement  complété  par celui  de "désorientation diabolique" par soeur Lucie de Fatima.
(24) Voir Itinéraires n° 92, p. 151 sq.
(25) II II q. 103, . 1.
(26) Vatican II,  l'Église à la croisée des chemins, éd. MJCF, 2010, tome 1, p. 175-189.
(27) Lettre du 8 juin 1972 à une dominicaine. La Générale était alors Mère Anne-Marie  Simoulin.
(28) Sel de la Terre n° 25, p. 151.
(29) lb, p. 159.
(30) Lettre de Paul VI à Mgr Lefebvre, 10 juillet 1975, in ltinéraires, supp. à n° 197, p. 57.
(31) Fideliter n° 79, p. Il.
(32) II ll q. 10, a. 10.
(33) La suspense  est une peine canonique  interdisant  à un clerc  tout exercice  du culte  public,  par exemple  la célébration  de  la  messe.  Sont suspens les prêtres ordonnés par un évêque suspens. Évidemment, ici, la suspense est absolument nulle, ayant été injustement  portée.
(34) Fideliter n° 65, p. 21.
(35) Fideliter  n° 70, p. 8.
(36) lb., p. 6.
(37) Lettre du 15 novembre  1969.
(38) Fideliter n° 66, p. 12-13.
(39) Fideliter  no 68, p. 16.
(40) 27 octobre 2014 : Sermon écrit de Mgr Tissier de Mallerais pour le pèlerinage international de Lourdes in La Porte Latine.

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 70
La vie eternelle
(2ème partie)


Nouvelles parutions
LAB de l'Etoile
La formation du
chrétien, par l'abbé
L-E Meugniot

Le Petit Echo de Notre-Dame de Montgardin : Padre
Pio et la Vierge
pèlerine - 1959

Courrier de Rome
Trois commentaires sur l'entretien du pape François à Avvenire, Pr. P. Pasqualucci

Lettre de l'Institut
Saint-Pie X : Homo
hebetus, abbé Chautard

Lettre à nos frères prêtres n° 73 - La question du célibat sacerdotal, trésor spirituel de l'Église catholique


Messes Océan Indien
Madagascar
La Réunion
Île Maurice


XII° UDT FSSPX
12 au 16 août 2017
Servir la chrétienté
aujourd'hui


Les camps d'été 2017
de la Tradition

Pour les garçons

de 8 à 14 ans,
du 2 au 8 juillet : Vox cantorum à La Peyratte

de 8 à 11 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 13 à 17 ans,
du 10 au 24 juillet
Moulins-Vichy

de 12 à 14 ans,
du 10 au 26 juillet
Camp Saint-Pie X
dans les Vosges

de 8 à 13 ans,
du 17 au 31 juillet
à Kernabat

du 30 juillet au 18 août à St-Bonnet
Le Château (42)

de 8 à 13 ans
du 1er au 17 août
à Unieux (42)

de 13 à 17 ans
du 10 au 24 août
au Portugal

de 14 à 17 ans,
du 5 au 21 août
Camp itinérant
à vélo Raid
Saint Christophe


Pour les filles
de 7 à 16 ans
du 6 au 15 juillet
en Bretagne

du 10 au 29 juillet
à St-Bonnet
Le Château (42)

de 15 à 18ans
du 12 au 22 juillet
à Will, en Suisse

de 7 à 16 ans
du 18 au 27 juillet
en Bretagne

A partir de 18 ans
du 7 au 11 août
stage de couture
à Ruffec (36)

A partir de 18 ans
du 4 au 8 septembre
stage de couture
à Ruffec (36)


Centenaire apparitions
19-20 août 2017 :
pèlerinage de la
Tradition à Fatima

Circuit de la Vierge
Pèlerine en France

Place de bus pour le retour du pèlerinage


Croisade du Rosaire
15 août 2016
au 22 août 2017

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 300 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Samedi 27 mai 2017
05:58 21:40

  Suivez notre fil RSS