logos-lpl-separator-blc

Lourdes 2004, pèlerinage mémorable

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Suite du reportage

Notre espérance est notre confiance en Notre-Dame.

Notre espérance est notre confiance en Notre-Dame. Nous plaçons en Marie notre espérance et à cause de cela nous sommes emplis d’une confiance magnifique. Le petit enfant passe des années entières de son existence en ayant profité, sans trop le savoir, des soins et des sollicitudes innombrables de sa mère pour lui. Jamais d’ailleurs, il ne se rendra compte tout à fait de ce qu’elle lui a procuré. Et nous autres, hommes, nous nous trouvons dans ce même rapport vis-à-vis de Marie. Sa maternité, jamais elle ne l’a exercée à moitié. Elle connaît tous ses enfants, chacun par son nom et elle se trouve en permanence à leur écoute, à leur côté, pour leur donner tout ce qu’il y a de meilleur pour eux. Comme de petits enfants, nous sommes bien peu conscients de ces dons. Et pourtant, mes bien chers frères, voyez la foule des pèlerins qui nous entourent aujourd’hui dans cette basilique.

Entrés des clercs
Lecture de l’épître
Le sermon
La messe

« Plus de 7 000 fidèles assistent à la messe du dimanche au cours de laquelle monsieur l’abbé de Cacqueray a prononcé un sermon qui fera date…. »

Marie est votre Mère à chacun d’entre vous. Marie vous connaît personnellement par votre nom et dans tous les instants de votre existence. Et vous en êtes tous tellement convaincus qu’aucun d’entre vous n’a peur d’appeler Marie sa Mère, et de se tourner vers elle, comme un enfant vis-à-vis de sa mère, absolument certain d’être écouté. Et les milliards d’hommes qui se sont succédés sur la terre, tous, s’ils l’avaient su, auraient pu dire la même chose ; tous les catholiques se sont toujours tournés vers Marie comme vers leur Mère. Profitons donc de Lourdes, profitons pour nous tourner vers Marie afin de lui parler comme des enfants parlent à leur mère, et avec la même certitude de foi au dedans de leur cour. Oui, certains que tout ce qu’ils demanderont à leur Mère – et Dieu sait que nos balluchons d’intentions sont bien pleins ! -, que tout ce qu’ils demanderont à leur Mère, ils l’obtiendront. Profitons de Lourdes pour obtenir un petit peu de cette lucidité spirituelle, surnaturelle, au sujet de ce dont nous avons réellement besoin. Demandons-le à Notre-Dame qui veut tellement nous l’accorder, et cette lucidité engendrera dans les cours tellement de gratitude vis-à-vis de Marie de qui nous avons tout reçu !

La Tradition connait un développement inégalé depuis longtemps

Quant à moi, mes biens chers frères, si vous le permettez, en votre nom à tous à l’occasion de ce Pèlerinage de la Tradition, je voudrais remercier Notre-Dame, la remercier de nous avoir encore rassemblés ici cette année. Et je voudrais la remercier pour ce qu’on appelle la Tradition, pour ce rassemblement dont je suis tellement persuadé qu’il va être l’occasion de très nombreuses grâces qui vont venir fortifier les âmes, et donc fortifier la Tradition, les orienter vers le Bon Dieu davantage, leur insuffler comme un souffle nouveau dans la belle mission qui nous est impartie à nous, catholiques de la Tradition, en cette période. Je veux la remercier pour toute la Tradition dont je suis content de dire que les foules, qui se pressent ici davantage cette année et grossissent d’année en année, illustrent en réalité l’ouvre profonde qui s’accomplit dans ses ouvres, et dont profitent les âmes. Mes bien chers frères, je partagerai avec vous la joie, par exemple, de savoir qu’en cette rentrée scolaire 2004, jamais depuis le début de son existence, le District de France de la Fraternité n’a scolarisé autant d’enfants dans ses écoles. Quel signe d’espérance pour nous que de savoir que le travail de nos confrères sur le terrain, dans toutes les écoles, est un travail qui va permettre à tant d’enfants de vivre ainsi d’une façon qui leur donnera de se fortifier d’abord dans ces milieux de grâces, dans ces milieux privilégiés que sont les écoles catholiques traditionnelles, et que dans ce terreau les belles vocations du Bon Dieu pourront germer, et que se prépareront aussi ces pères et ces mères de famille qui sont l’espérance de la Tradition.

Les postulants et novices bénédictions :
12, comme les Apôtres !
La congrégation des frères prêcheurs :
un exemple de sainteté…à suivre.

« Et je crois qu’avec ces vocations si nombreuses dans nos communautés, vous avez probablement, cette année, le nombre record de vocations dans la Tradition en France. »

Et autre signe de ces bénédictions de la Très Sainte Vierge bien présentes dans la Tradition, eh bien, cette année également à la rentrée (ce sont des choses qui n’ont pas été dites forcément, mais ce sont des choses bien réelles) le nombre le plus important de vocations a été enregistré dans beaucoup de nos communautés. Et je crois qu’avec ces vocations si nombreuses dans nos communautés, vous avez probablement, cette année, le nombre record de vocations dans la Tradition en France. Et cela, mes biens chers frères, n’est-ce pas les plus belles bénédictions que le Bon Dieu peut nous donner par les mains de sa Mère ? Beaucoup de communautés cette année accusent le chiffre record de vocations sur l’ensemble des maisons religieuses de formation en France. Quelle action de grâces nous pouvons rendre au Bon Dieu pour tant et tant de signes d’espérance !

Et nous voyons encore cette volonté profonde de la part de tellement de familles, de la part de nombreux parents d’accepter, et Dieu sait que cela demande des renoncements aujourd’hui, d’accepter de vivre vraiment en catholiques, sans se préoccuper du qu’en-dira-t-on, de ce que les autres pourront penser de leur manière d’éduquer les enfants. Ils acceptent avec joie de se couper de tout esprit de mondanité pour vivre dans une atmosphère toute catholique où l’acceptation généreuse des renoncements et des sacrifices procurera, leur procurera d’ailleurs finalement les joies les plus profondes. Interrogez-les, nos frères et sours malades, qui sont là aujourd’hui, et souvent, à leur écoute, vous recevrez de telles leçons de foi, d’espérance et de charité. Car, quand on a compris que la Croix était la source véritable de la joie sur la terre, comme tout le visage des réalités d’ici-bas change !

Mes biens chers frères, comment ne pas remercier aussi d’une façon particulière cette année, toutes ces communautés religieuses amies qui se sont déplacées d’une façon tellement importante, tellement massive pour nous retrouver ici, afin de dire à la Fraternité Saint-Pie X combien elles communient au même combat que celui qu’elle mène. Pour dire à toute la hiérarchie de la Fraternité combien elles sont là pour la soutenir dans l’ouvre qu’elle doit accomplir. Confiance, mes biens chers frères! Tellement de signes de la bonté de Dieu nous sont donnés. Confiance ! Parce qu’à Lourdes aujourd’hui, combien de grâces vont être accordées à tous ceux qui sont présents. Et cela pour que la Tradition continue sa belle ouvre, continue de se développer et permette à la flamme de Jésus-Christ, à la charité de Jésus-Christ de briller sur la terre. Mes biens chers frères, en dépit des tempêtes et des vicissitudes dont nous ne devons pas nous étonner trop qu’elles viennent jusqu’à jeter des paquets d’eau au-dedans de la barque, la Tradition continue son chemin. La Fraternité, entourée de la couronne de ses malades, mais également de la couronne des communautés et congrégations amies continue son oeuvre sur cette terre, cette ouvre qui manifestement lui a été confiée par le Bon Dieu au sein de cette crise. Mission, vocation mystérieuse mais tellement nécessaire aujourd’hui.

suite et fin du reportage à la page suivante

fraternité sainte pie X